carte_emploi

Coup sur coup, plusieurs séries de publications économiques viennent enfoncer le clou. La Bretagne est en plein boum économique. Non seulement, la région est structurellement, depuis les années 60, celle qui enregistre le plus fort taux de croissance, mais on assiste depuis 2000 et plus encore depuis 2003-2004 a une accélération de la croissance de l'emploi et de la population. Deuxième région pour le plus faible taux de chômage (7,9 %), la Bretagne a parcouru un chemin considérable quand on sait qu'elle était au 15e rang en terme de chômage à la moitié des années 80.
Première information, publiée par l'URSSAF et exploitée par le géographe nantais Yves Lainé : entre 2000 et 2005, la croissance de l'emploi en France a été de 3,3 %. Elle a été de plus de 10 % dans le Morbihan (l'une des 8 meilleures performances de France), à quasi-égalité avec la Haute-Garonne, la Vendée et l'Hérault. On y enregistre des pointes à + 16 % dans le pays de Pontivy, + 12 % dans les pays d'Auray et de Vannes, tandis que le pays de Lorient, jadis en crise, décolle à son tour (+ 8 %) !
Au niveau de la région Bretagne réunifiée (+ 7 %), cette progression est la deuxième plus forte de France après le Languedoc-Roussillon (5e rang sans la Loire-Atlantique).
Mieux : si l'on étudie la seule période, plus récente, de 2003-2005, la Bretagne administrative est 3e et la Bretagne avec la Loire-Atlantique au 2e rang derrière Midi-Pyrénées. D'une manière générale, le rythme des régions de l'Atlantique s'accélère et équivaut désormais à celui des régions du sud, qui ralentit sensiblement.
Selon l'Insee, si l'on raisonne croissance du PIB/habitant, la Bretagne enregistre la plus forte progression sur la période 1990-2000 et sur la période réactualisée 1990-2003. Sur les six départements enregistrant la plus forte hausse, trois sont bretons : Ille-et-Vilaine, Loire-Atlantique et Morbihan (à quasi égalité), sachant que le Finistère et les Côtes d'Armor ne décrochent pas et enregistrent des progressions supérieures à la moyenne française.
Il est désormais intéressant de constater qu'il existe en revanche un découplage très net entre la croissance de la Loire-Atlantique et de la Vendée et celle du reste des pays de la Loire. Cela confirme la plus grande cohérence économique, la plus grande proximité structurelle des économies de la Loire-Atlantique et du reste de la Bretagne. Des tensions apparaissent d'ailleurs au sein de la région Pays de la Loire, certains départements estimant que les départements côtiers de cette région "tirent trop la couverture vers eux". Réintégrée à la Bretagne, la Loire-Atlantique ne souffrirait pas de cette volonté de freinage de son dynamisme, puisqu'elle se situerait dans la moyenne haute seulement.

CROISSANCE DE L'EMPLOI 2000-2005 (doc. Yves Lainé)

carte_emploi

CROISSANCE DU PIB/hab. 1990-2000

care_d_p_pib