stabilité régimes politiques ontologie

Surprenante carte réalisée par un chercheur de l'Université de Lausanne, Marc-Antoine Nuessli (Comment construire un atlas géographique européen). Le géographe a modélisé vingt et une cartes de l'atlas Euratlas depuis l'an 1 jusqu'à l'an 2000 compilant ainsi la fréquence des changements de régime politique sur la période.

En rouge : les régions les plus instables politiquement. En bleu, les plus stables. En blanc, absence de données.

Sans trop de surprise, l'Italie apparaît dans toute son instabilité. Ancienne, la tendance est toujours d'actualité avec un changement de gouvernement tous les 1 an et demi à deux ans en moyenne ! A l'inverse, la Bretagne fait figure d'ilôt granitique dans toute sa splendeur avec une stabilité politique à faire pâlir un Bonnet... rouge. Elle rejoint en ce sens les pays scandinaves, la Castille-Leon espagnole, l'extrême sud-est des Balkans (Istanbul a-t-elle plus souvent changé de nom que de régime ?) et, plus encore, ce qui correspondit jadis en France à la Neustrie, illustration de la longévité superposée du royaume des Francs de Neustrie (entre Nantes et Paris pour schématiser) et du coeur de la monarchie française.