12 décembre 2013

La fréquence des mutations politiques en Europe

 

stabilité régimes politiques ontologie

Surprenante carte réalisée par un chercheur de l'Université de Lausanne, Marc-Antoine Nuessli (Comment construire un atlas géographique européen). Le géographe a modélisé vingt et une cartes de l'atlas Euratlas depuis l'an 1 jusqu'à l'an 2000 compilant ainsi la fréquence des changements de régime politique sur la période.

En rouge : les régions les plus instables politiquement. En bleu, les plus stables. En blanc, absence de données.

Sans trop de surprise, l'Italie apparaît dans toute son instabilité. Ancienne, la tendance est toujours d'actualité avec un changement de gouvernement tous les 1 an et demi à deux ans en moyenne ! A l'inverse, la Bretagne fait figure d'ilôt granitique dans toute sa splendeur avec une stabilité politique à faire pâlir un Bonnet... rouge. Elle rejoint en ce sens les pays scandinaves, la Castille-Leon espagnole, l'extrême sud-est des Balkans (Istanbul a-t-elle plus souvent changé de nom que de régime ?) et, plus encore, ce qui correspondit jadis en France à la Neustrie, illustration de la longévité superposée du royaume des Francs de Neustrie (entre Nantes et Paris pour schématiser) et du coeur de la monarchie française.

Posté par ar valafenn à - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur La fréquence des mutations politiques en Europe

    où voyez vous la Bretagne stable ?
    moi je vois toute la partie Nord de la France stable. la Bretagne parait moins stable que ce bloc

    Posté par bzh44, 10 décembre 2013 à 11:16 | | Répondre
  • Bonjour, bzh44. Je vois la Bretagne apparaître en bleu, donc considérée comme politiquement stable sur la période de l'an 1 à l'an 2000. Tout est bien sûr relatif dans cette étude. Disons plus stable que la plupart des autres régions, exceptées celles qui sont en bleu plus foncé. Peut-être moins stable que le nord de la France, mais plus stable que beaucoup d'autres régions donc. Le terme "stable" semble vous poser problème. Il n'y a pas de jugement de valeur là-dedans. La Bretagne fait partie des espaces les plus stables. Il n'y a pas de jugement de valeur dans le constat que dresse le chercheur non plus. Maintenant, il est intéressant de pousser la réflexion plus loin : pourquoi est-ce stable ? Qu'est-ce qui fait dire cela ? S'agissant de la Bretagne, il convient de regarder son histoire : la Bretagne a connu plusieurs siècles d'instabilité avant de devenir un état indépendant européen sur une longue période, dès le Ve siècle jusqu'au XVIe siècle. Donc stable. Elle a connu peu d'invasions avec renversement de régime politique. Donc stable. Elle a été rattaché à la France et est restée sans discontinuer à l'intérieur du régime politique français qui lui-même a été stable sous la monarchie absolutiste, puis instable de la révolution française jusqu'au second Empire, stable sous le second Empire puis de nouveau instable sous la IIIe et la IVe république, puis de nouveau plutôt stable sous la Ve république...

    Posté par ar valafenn, 10 décembre 2013 à 13:21 | | Répondre
  • Voilà encore un sujet intéressant, cher Balafenn !

    Comme c'est rapidement expliqué dans la discussion du site, il est effectivement important de considérer que les notions de peuple et de frontière étaient encore floues, au moins dans la dernière partie de la période antique, voire pour une partie du Moyen Âge. Il s'agit effectivement d'un biais pour cette cartographie, mais cela ne remet peut-être pas en cause les éléments essentiels.

    La Bretagne a longtemps "bénéficié", entre autres, d'un duché relativement stable. Si on le compare au duché de Bourgogne, il apparaît bien plus stable et pas parce qu'il a duré plus longtemps (leur durée d'existence est à peu près similaire), mais parce que les conquêtes et reconquêtes ont été bien moins nombreuses au Moyen Âge et parce que la Bretagne a été moins sujettes aux guerres de religions et à la Guerre de Cent Ans.

    La partie la plus septentrionale de la France n'a pas été stable, à cause de la Guerre de Cent Ans avec les Anglais, mais aussi les conquêtes bourguignonnes puis espagnoles.

    Posté par Cornus, 15 décembre 2013 à 09:56 | | Répondre
  • Cornus> Rien à redire, intervention tout à fait pertinente, cher ami. Moralité, si vous aimez la stabilité, il faut vivre en Normandie. C'est pour cela qu'ils ne sont pas près d'avoir la réunification des deux Normandies. Sont trop stables.

    Posté par ar valafenn, 15 décembre 2013 à 12:44 | | Répondre
Nouveau commentaire