Daïk examine les trajectoires historiques des astéroïdes L'une d'elles s’est écrasée

sur la Terre au milieu de la partie continentale la plus massive

du globe ! Seigneur, quelle merde, la collision a libéré l’équivalent de mille explosions

atomiques artificielles et dévasté des forêts sur plus de mille kilomètres carrés !

Cet événement s’est produit quelques RT avant la passion humaine pour les armes

atomiques [Evénement de la Toungouvska, du nom d’un fleuve de Sibérie.

Cette collision s’est produite le 30 juin 1908 vers 7 h 13 dans cette partie

de l’Empire russe. L’hypothèse la plus plausible à priori confirmée est

celle d’un impact par un objet céleste type astéroïde. L’onde de choc a été

équivalente à plusieurs centaines voire à un millier de fois celle générée

par la bombe Hiroshima. Elle détruisit soixante millions d’arbres sur

une centaine de kilomètres à la ronde et fut entendue à huit cent kilomètres,

la distance Paris-Marseille].

Depuis que ces humains existent, ce serait

la plus importante explosion nucléaire causée par une collision. 

Donc, en l’espace de quelques dizaines de révolutions terrestres,

c’est l’équivalent de non pas deux milles, mais trois milles bombes nucléaires

qui ont secoué la planète toute entière...

 

Daïk sonde le temps et l’espace immédiats de la Terre

à la recherche d’un autre astéroïde parmi les centaines ou milliers

susceptibles de couvrir cette période trouble de l’histoire humaine.

Nombre s’avèrent trop petits, ou trop lointains.

Daïk note quelques spécimens trop tardifs, puis enfin ceux-là, beaucoup

plus intéressants :

 

18 janvier 1991 : un astéroïde passe à 165.000 km de la terre au point

le plus proche soit 0,43 distance terre-lune ; dimension de l’astéroïde :

entre cinq et douze mètres de long. Essai nucléaire artificiel le plus près

de la date d’approche : mars 1991 dans l’Ouest américain.

 

15 mars 1994 : astéroïde à 165.000 km soit 0,43 distance terre-lune ;

cinq à douze mètres de diamètre. Essai nucléaire le plus près

de la date : juin 1994 dans l’Ouest de la Chine.

 

9 décembre 1994 : astéroïde à 112.000 km, soit 0,27 distance terre-lune ;

dix à quinze mètres de diamètre. Essai le plus près de la date :

juin 1995 dans l’Ouest de la Chine.

 

20 mai 1993 : astéroïde à 150.000 km soit 0,39 distance terre-lune ;

quatre à neuf mètres de diamètre. Essai nucléaire le plus près de la date :

octobre 1993 dans l’Ouest de la Chine.

 

27 mars 1995 : astéroïde à 434.000 km soit 0,88 distance terre-lune ;

une belle bête de trente mètres de diamètre. Essai le plus près de la date :

mai 1995 dans l’Ouest de la Chine, encore..

 

Un beau tir groupé d’astéroïdes et deux préférences sautent aux yeux de Daïk :

l’approche du 18 janvier 1991, précédent de deux mois un tir atomique par l’homme

et celui du 15 mars 1994. Les deux astéroïdes sont de dimensions comparables.

De quoi largement héberger sa petite capsule de secours.

La distance, une demi Terre-Lune, ne sera qu’une simple formalité.

Objectif de la mission terrestre « Daïk » : comprendre ce qu’est la mort

et l’autodestruction.

Postulat « Daïk » : les êtres humains tentent de reproduire ce qui se passe

au cœur de leur étoile anticipant d’une bien curieuse manière ce qui va se produire

de toute façon d’ici quelques milliards de révolutions terrestres !

Question alternative soulevée par ce postulat :

y-a-t-il une intention cachée derrière ce projet funeste ?

Las de sa vie par procuration, l’extradolescent va enfin découvrir le vrai monde en prenant

au pied de la lettre les grandes leçons dont on le serine à longueur de révolutions terrestres :

 

« Observe les univers et tire-en des enseignements pour plus tard, quand tu seras grand. »

 

#1 : inspection de la capsule de secours. Vérifier que tout est en place.

Sautillant comme une puce, Daïk passe en revue tous les instruments de bord.

Il sait qu’il est mûr ! Mûr comme une étoile à l’âge adulte ! Roulement de tambours !

Gonflé à l’hélium, l’extradolescent entre en télépathie avec le serveur orbital

et méta-charge toutes les courses astrophysiques possibles et imaginables.

#2 : Deuxième point important : vérifier qu’il y a bien une imprimante

3D à bord pour confectionner sur place tous les outils nécessaires, ce qui allégera

la charge à bord pendant la route ! Daïk pense surtout à sa combinaison et aux ressources

énergétiques et caloriques nécessaires à sa petite aventure...

#3 : important bis : bien aborder le passage dimensionnel de l’univers II

vers l’univers IV via le trou noir super-massif.

Si Daïk est biodégradable dans l’espace, il peut en être de même de sa capsule.

Nombre de navigateurs sont partis et ne sont jamais revenus… Les anciens ont rapporté

d’innombrables récits de naufrageurs évoquant « d’intrépides fous des mers

et de l’espace qui outrepassaient les règles astronomiques et jouaient

avec les limites de l’univers. Ils jouaient avec l’horizon des événements, quitte

à se laisser piéger par le champ gravitationnel de trous noirs géants plus massifs

que des milliards d’étoiles », pour citer un ouvrage écrit par un spécialiste de la question,

appelé Ann Drouiz ou quelque chose dans le genre.

A ce propos, ce passage lui traverse l’esprit :

 

« Comme une araignée au cœur de sa toile, être

chimérique de la légendaire planète

Terre, les trous noirs guettent leurs proies. Leur satiété ne repose-t-elle pas

sur l’efficacité du système qu’ils ont eux-mêmes généré ? »

 

Ann Drouiz

 

En clair, les trous noirs se nourrissent de leur propre zone d’influence

gravitationnelle, c’est aussi simple que ça ! Ce qu’ils en font, en revanche…

c'est une autre histoire (*)... De tous temps, les naufrageurs et leurs descendants ont relaté

des récits de vaisseaux happés par un trou noir, jetant toutes leurs forces dans

la bataille mais finissant pas se faire désintégrer. D’émérites navigateurs racontent

qu’il ne faut jamais craindre la désintégration, c’est quelque chose d’inconcevable

pour un esprit censé immortel. Il conviendrait juste de fermer les yeux et se laisser aller,

oui, de lâcher prise ! Telle serait encore la meilleure façon de survivre.

Avec constance, les navigateurs affirment que chaque trou noir super-massif

permet de basculer d’un univers à l’autre et qu’une telle expérience s’approcherait

de ce que ressentiraient les humains eux-mêmes lorsqu’ils meurent.

Des cartographes ont ainsi établi que tel trou noir conduit de l’univers I à l’univers II,

tel autre du II au I, etc. Daïk, dans son cas, doit passer de l’univers II à l’univers IV

et prévoir de facto son itinéraire retour par un autre trou noir (ils sont tous à sens unique).

 

Est-ce une folie ? S’il en croit sa cousine Sannah, la réponse est :

-Non, n’y va pas !

Daïk ne connaît personne dans son entourage qui ait vécu

à un tel transfert de charge ; Sannah, je t’jure ! Elle serait bien capable de raconter

des salades rien que pour se faire mousser et quand bien même traverser un trou noir

serait indolore, reprendre de la vitesse ne sera pas une mince affaire. Aucun corps céleste

ne l’emmènera du trou noir II>IV jusqu’aux champs d’astéroïdes qui gravitent dans la ceinture

située entre la  quatrième et la cinquième planète (**) où il y aurait moyen de se poser

sur un astéroïde ou une comète en route vers la Terre.

Or, cette région du système solaire est riche en amas du même acabit.

Idéal pour faire des sauts de puce tel un autostoppeur bondissant

de planètes en comètes…

 

____________________________________

(*) Cela faillit arriver à l’une d’elle, détectée par les télescopes d’ASAS-SN

de Hawaï le 25 janvier 2014 sous la forme d’un gigantesque flash

dans la constellation de la Grande-Ourse. D’autres télescopes ont pris l

e relais de ce signalement et ont permis d’écarter la piste d’une supernova.

Après reconstitution de la scène à partir des indices recueillis à 650 millions

d’années-lumière de nous, les scientifiques ont mis en évidence la capture

d’une étoile par un trou noir… Cette étoile s’est tirée d’affaire de justesse : elle s’est

faite happée par le trou noir qui lui a arraché une partie de ses « vêtements »

au passage : l’équivalent d’un millième de la masse du soleil.

Quant au flash observé, il correspond  à l’échauffement provoqué par

la matière ainsi happée et passée au travers de « l’horizon des événements ». Autrement

dit, les forces d’attraction du trou noir l’ont emporté sur la cohésion de l’étoile sans l’engloutir

en totalité.

 

(**) Pour les planétologues, les astéroïdes sont des corps qui n’ont pas

pu s’agglomérer pour former une planète à cause de l’influence

de Jupiter. En cause : le phénomène de résonance,  qui serait à priori responsable

de l’absence d’une cinquième planète tellurique entre Mars et Jupiter. Les planètes

se sont formées il y a 4,6 milliards d’années par l’agglomération de poussières en petits corps

appelés planétésimaux qui se sont eux-mêmes regroupés pour former des corps massifs.

L’attraction gravitationnelle de la planète géante agit avec la même force

et surtout dans la même direction que le soleil. La répétition et l’accumulation

d’effets identiques finit par avoir une influence déterminante sur l’objet :

un changement de trajectoire et de période de révolution. C’est ce phénomène,

appelé la résonance, qui explique les trous dans la distribution actuelle

des orbites d’astéroïdes.