Daïk, chapitre VIII

 

DEK – 10 –

 

L’ENFANT.

— Chante-moi la série du nombre dix.

 

LE DRUIDE.

— Dix vaisseaux ennemis

Qu'on a vus venant de Nantes :

Malheur à vous ; malheur à vous, hommes de Vannes !

DAIK N’A PLUS QU’UNE OBSESSION : partir à la rencontre de ce peuple

mystérieux qui joue à s’autodétr… Grrrrrrrrrrrr ! Ce terme ne doit pas faire

partie de ton vocable… Ce terme ne doit pas faire partie de ton vocable….. 

Le tout ne doit jamais parler le langage du rien, le plein le langage du vide.

La vie, le langage de la mort parce que Daïk est (prétendument) immortel.

Oui. Immortel.

Sauf que le vide sidéral peut dissoudre son esprit aux quatre coins de l’univers... 

 

Daïk voit une imposture dans ce beau discours officiel.

Ce qui serait naturel pour le commun des immortels ne reposerait-t-il pas

sur une contingence, un choix arbitraire ? Son instinct, comme celui d’un jeune humain,

lui souffle l’idée que la clef est de l’autre côté de la porte des toilettes.

L’extradolescent entend donc bien découvrir ces humains instinctifs

qui vivent sur cette planète bleue minuscule et sont sortis du ventre d’êtres

semblables à sa mère, mais recourant toujours à ce vieux processus de gestation

rétrograde. Un processus d’avant le triomphe d’une civilisation sur son environnement

ambiant, naturel.

Parce que chez les siens, la reproduction est depuis longtemps

une affaire de génétique d’une simplicité légendaire...

 *

Organiser sa fugue sur terre lui paraît, tout aussi, d’une simplicité légendaire.

Ses parents lui ont confié les clefs de la capsule de secours et ils ne devraient

pas revenir avant une demi-révolution autour de la gazeuse qui croise

derrière sa coupole. Un bouge ennuyeux à mourir, sans jolies éruptions

à contempler, rien de bien signifiant... De toute façon, sa famille s’est stationnée

en orbite autour de cette sinistre crotte sidérale dans le seul but de le laisser murir

sur un plan métaphysique. Les vieux adorent infliger ce genre de protocole

de maturation ! Sannah, sa cousine qu’il n’a pas vue depuis deux révolution-type

en univers II (RT-II), est restée plantée seule pendant toute la dernière

campagne parentale qui a duré une RT-II complète ! Elle était censée observer

les constellations les plus reculées de l’univers VI. Hé, sauf qu’elle passait

son temps à télépather - et télépapoter - avec ses copines de l’univers III

et qu’elle en a raté ses validations d’AAP (Auto-apprentissage standards).

Grosse plantouille ! Autant dire que ses parents étaient verts de rage. Ils ont fini

par comprendre en rétro-captant ses conversations méta-fréquence avec

ses copines. « Bonjour le respect de l’intimité », se plaignit-t-elle auprès de Daïk.

Pour finir, ils lui envoyèrent des rushes acides dans le cerveau en guise de rappel

à l’ordre.

Non, pas très cool, tout ça. Si ses parents n’auraient jamais osé faire un truc pareil,

Daïk regrettait tout de même leur manque de présence sur le mode :

« Il n’y a que le prospect spatial de vrai dans la vie ! »

 

Bref, ses techno-géniteurs sont des dingos du boulot, des hyperactifs,

tendance méta-obsessionnels. La réussite métaphysique est hyper importante

pour eux. Ne parlons pas de la réussite « métariel », qui va de paire. Tenez,

un aéronef comme le leur, là, a coûté plusieurs RT-II en équivalent-recherche pure.

Il a été synthétisé à partir de molécules stellaires et de particules ferreuses

de première qualité. Ah c’est sûr, cet engin est top-classe, il fait la fierté

de ses parents qui prétendent ne pas en avoir vu de plus beau depuis leur dernière

visite au Salon de l’aéronef. Mais ils auraient au moins pu les stationner

en face d’une supernova évolutive de toutes les couleurs ou je ne sais pas moi,

avec vue sur une mer d’astéroïdes, plutôt que de crécher dans ce quartier périphérique

sinistre ! Las, Daïk atterrit sur son lit, détache son regard des comètes

qui zèbrent la constellation, attirées par le trou noir le plus proche,

là-bas, au fond, dernière à droite. Ses facettes pourpres parcourent

ses rayonnages et tombent sur ses bocaux stellaires animés. Dans l’un, une planète

tellurique avec une vitesse de libération toute petite tournant sur elle-même

comme une toupie. Dans le bocal voisin, une étoile naine dans le diagramme HR

encore sur la séquence principale. Quel bazar... Encore un bocal mal rangé !

La planète ne révolutionne pas autour de cette étoile naine, mais autour

d’une étoile de type G, comme l’étoile du système solaire qui l’intéresse

au premier chef : c’est autour d’elle que tourne la fameuse planète Terre,

au troisième rang !

Des créatures démoniaques y jouent avec des allumettes thermonucléaires !

Soudain, une idée saisit Daïk. Il farfouille dans ses étagères, à la recherche

un bocal qui contiendrait l’artéfact d’une comète ou d’un astéroïde susceptibles

de l’emmener jusqu’à cette planète. Il délockerait la capsule de secours

et zou, en voiture !

Mais tout cela pose tout de même quelques petits problèmes :

à quelle vitesse le temps s’écoule sur cette petite tellurique ? Quel méta-logiciel

convient-il d’utiliser pour convertir l’espace temps de l’univers II en espace-temps univers IV ?

En fonction de l’écart d’échelle de temps, Daïk devra-t-il enfiler une rétro-combinaison

ou une pulso-combinaison ?

L’une comme l’autre sont comme du film de cuisine étirable, mais

la première ralentit l’espace-temps, tandis que l’autre l’accélère. Vu comme ça,

il devra opter pour une rétro-combinaison. Mais il doit en être certain ! La moindre

erreur serait fatale ! S’il opte pour une pulso-combinaison alors que l’espace-temps

de l’univers IV est déjà plus rapide que l’espace-temps de l’univers II, alors

il peut très bien débarquer bien trop tard, la vitesse temporelle accélérée

le conduisant peut-être au-delà de la dégénérescence même

du système solaire !!! Or, s’il est réputé immortel, Daïk redoute d’être

dispersé dans l’espace.

Juste comme ça.

Une dispersion pour une durée indéterminée  - si le scaphandre tient le choc -

mais un éparpillement de son être s’il s’avère dépossédé d’une telle protection

pour une raison x ou y (endommagement après une collision, fonte à l’approche d’un astre,

intervention manuelle d’un extra-terrestre, exposition à d’importantes réactions

de fission nucléaire…).

Tout l’enjeu revient à bien savoir programmer sa combinaison.

 

Electrisé par ses recherches, Daïk farfouille dans ses méta-souvenirs :

OK, la série d’explosions nucléaires est intervenue vers les 4,6 milliards

de révolutions-type univers IV. A ce stade, la planète Terre est censée

être en pleine force de l’âge. S’il se trompe de conversion, il risque de

filer à toute vitesse jusqu’à la phase d’épuisement en hydrogène de l’étoile

autour de laquelle tourne ladite planète. Autant dire jusqu’à sa mort :

parce que quand l’hydrogène vient à manquer, une étoile grossit,

grossit, elle puise ses réserves en carburant toujours plus loin dans

l’enveloppe externe de son noyau ! La taille de l’astre peut être ainsi

multipliée par deux cents facile et alors c’est un autre processus qui

s’enclenche ! L’hélium accumulé dans le cœur de l’étoile fusionne

pour former du carbone et de l’oxygène et, dans le même laps de temps,

l’hydrogène restant autour du cœur fusionne lui aussi, l’ensemble libérant

une énergie phénoménale ! Erk ! L’étoile devient une géante rouge

et absorbe toutes les planètes alentours, qui sont purement et simplement

désintégrées !

Et alors, les molécules de la Terre seront éparpillées dans l’univers et l’étoile,

au comble de l’instabilité, s’effondrera sur elle-même en propulsant

dans l’espace ses propres couches externes sous la forme d’une nébuleuse…

Wouaw...

Le calcul mérite d’être affiné et c’est rien de le dire : il va falloir parfaitement synchroniser

les deux espaces-temps de ces univers parallèles...

Aahh, tout serait si simple s’il se trouvait à cet instant dans le même univers

dimensionnel, en univers IV ! En comparaison, le choix de l’astéroïde serait

un jeu d’enfant.

 

 

Posté par ar valafenn à 01:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Daïk, chapitre VII

 

QUI SONT-ILS ET COMBIEN SONT-ILS ?

C’est comme une nouvelle espèce que les scientifiques, comme les chasseurs,

commenceraient seulement à débusquer.

Une espèce qui fleurit jusque sur les réseaux sociaux.

Ce sont encore, parfois, des ovnis dans le paysage linguistique

de l'hexagone.

Comment revendiquer une langue qui n’a pas été transmise ? Certains ne sont pas

Bretons, mais Parisiens, Anglais, Angevins, Gallois, Vendéens ou Gascons... A mesure

que le nombre de locuteurs maternels diminue, leur proportion augmente.

Une chose est sûre : ces ovnis néo-bretonnants sont l'avenir de la langue.

Si le registre oral s'est probablement appauvri, malgré la meilleure des

bonnes volontés, le renouveau s'accompagne d'une amélioration notable

du niveau de langue écrit et de son volume de production.

C'est tout le paradoxe actuel : les bretonnants de naissance qui ont appris

oralement le breton ne savent pas souvent l'écrire, et à l'inverse, il n'est pas rare

que des néo soient plus à l'aise à l'écrit qu'à l'oral. Les enfants bilingues ont

souvent un niveau supérieur à celui de leurs parents. C’est d’autant plus

vrai que la majorité des parents qui scolarisent leurs enfants

en filière bilingue ne le parlent pas eux-mêmes.

Quand on scolarise ses enfants en école bilingue, en l'occurrence

dans une langue régionale, il faut reconnaître un attachement non anodin

à la diversité culturelle par opposition aux cultures dominantes. Au-delà

des vertus linguistiques et cognitives d'un tel enseignement, il y a

une envie de voir ses enfants s'épanouir dans un environnement pluriculturel :

franco-anglais, franco-breton, franco-japonais, franco-arabe, anglo-portugais,

serbo-allemand... Cela vaut dans toutes les combinaisons possibles

et c’est heureux ainsi.

Et puis, il y a un fond de défiance envers l'uniformisation culturelle anglo-saxonne.

On ne voudrait pas que les super-héros-en-slip réduisent les contes de Perrault

ou de Grimm en cendre à coup de rayons laser... mais on sait bien qu'en

même temps, il y a des tendances contre lesquelles on ne peut lutter.

Surtout en moyenne section,

Joss le sait bien.

La porte déverrouillée, il tombe nez à nez sur la petite :

-Tiens, t’as déjà fini ta sieste, toi ?

Au lieu de dormir, il fait le pari que le marmot (la marmotte ?) a mis à profit

ce temps de relâchement de la surveillance parentale pour écluser ses placards

et extraire ce déguisement de Spiderman de son grand frère, une vieillerie

qu’elle a enfilée tant bien que mal : elle a bourré ses deux jambes potelées

dans le même fuseau hachuré du pantalon. Comme elle a dû souffrir pour

accomplir ce tour de force ! Tout grippé qu’il est devenu à vitesse grand V,

Joss éclate de rire.

C’est davantage le souvenir d’un dessin qu’il a improvisé en classe

représentant Petit ours tout zébré aux couleurs de Spiderman que

la vue de la petite dans sa tenue d’apparat virile qui l’amuse. Jusqu’où

l’inspiration va se nicher ? En l’occurrence, on n’échappe pas au modèle culturel

dominant, même en filière bilingue et chez une fille (comme quoi il n’y a pas

que Reine des neiges dans la vie). Il avait baptisé l’œuvre Spider-Arzhig

et trouve que ce nom sied très bien à petite dernière qui n’a pas son pareil

pour tambouriner comme une damnée et marquer son paternel à la culotte :

-Tu sais, ce n’est pas la peine de fracasser la porte à coups d’épaule !

Quand c’est occupé, c’est occupé !

Il a l’impression parfois que les petits souffrent d’une claustrophobie inversée.

La simple idée de voir leurs parents disparaître dans cette sorte de cagibi leur

fait monter à la tête l’idée saugrenue que c’est eux qui sont enfermés.

 

Spider-Arzhig est en transe, dégoulinante de sueur. Non seulement elle a

bataillé pour enfiler sa tenue de combat, mais en plus elle s’est faite

enfermer hors des toilettes, salopards de parents !

 *

Logique contre logique. C’est ce que ressent aussi Daïk, livré à

lui-même sous sa coupole pendant que ses parents, partis en campagne,

travaillent enfermés dans leur capsule recensant on ne sait quelle

civilisation punaisée à l’autre bout de l’espace...

Daïk n’est pas au cœur de l’action, in the constellation to be, et il en vient

à regretter cette responsabilisation à outrance qui consiste à laisser son

rejeton livré à lui-même pendant que les parents vivent leur vie sous prétexte

qu’il est digne de confiance et qu’ils savent qu’il ne commettra plus le moindre

débordement. Le dernier adolescent qui a trahi la confiance de ses parents et

qui a connu ce que les Anciens appelaient une crise d’adolescence est considéré

comme le dernier représentant de la civilisation passée. Il fut un messie

à l’envers, un anti-modèle, l’ultime témoin d’un monde révolu.

Un ado archaïque dominé par ses pulsions.

Ses parents savent qu’il sera sage et responsable, l’inverse n’est même

pas envisageable. Hélas, Daïk a vu ce qu’il n’aurait jamais dû voir : une civilisation

en pleine crise d’adolescence utilisant la technologie tel un caprice.

Daïk recentre son esprit, chasse les pensées négatives par réflexe - c’est

normalement quelque chose de pavlovien comme relancer la respiration quand

l’organisme humain vient à manquer d’oxygène.

Sauf que Daïk a envie de voir ce que ça fait de ne pas être...

comme il devrait être.

 

Posté par ar valafenn à 18:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

D'où viennent les Bretons ? - édit 2017

 

celtes-d'où viennent les bretons

Les derniers commentaires sur cette note, qui est l'une des plus consultées au demeurant depuis 2006 (voir également en rubrique "Ethnologie" Origine des Bretons) amène à rouvrir les débats et la discussion en vue de réamender le texte, le cas échéant. Avis à tous les fins connaisseurs, à commencer par J.-C. Even, qui a rouvert la question. N'hésitez pas à confirmer ou infirmer point par point :

 

D'où viennent les Bretons ? Combien étaient-ils à leur arrivée en Armorique ? Pourquoi et comment sont-ils arrivés en Armorique ? Une part de mythe demeure sur ce qui a été indiscutablement l'un des plus importants mouvements d'immigration en Europe au cours du premier millénaire. Un mouvement original et pacifique, qui s'est étalé dans le temps, sur des siècles.

Allons tout d'abord à la source. Installés dans les îles britanniques à la veille des premières grandes migrations en Armorique, les Bretons descendaient eux-mêmes de tribus celtes continentales, selon toute vraisemblance installées dans l'actuelle Belgique. Mais si l'on veut remonter encore plus loin, il est également fort vraisemblable que ces mêmes tribus celtes provenaient d'un triangle allant du sud de l'Allemagne à la Suisse en passant par l'Autriche : c'est là que se situait le noyau primitif même des Celtes (civilisations de Hallstatt et civilisation de la Tène), eux mêmes descendants de l'une des branches indo-européennes... D'Asie, donc.
S'agissant de l'Armorique, celle-ci était essentiellement peuplée avant l'arrivée des Bretons de tribus gauloises, telles les Osismes, les Coriosolites ou encore les Vénètes. Plus ou moins romanisées, ces peuplades celtes avaient elles-mêmes développé des liens commerciaux ou guerriers avec les îles britanniques : après la révolte et la défaite des Vénètes en 56 av.J.C, des Armoricains s'embarquèrent en effet vers l'île de Bretagne. Ces précisions ont leur importance, car elles préfigurent et expliquent en partie pourquoi l'arrivée des Bretons, ce mouvement d'immigration massif, s'est produit pour l'essentiel pacifiquement, par assimilation.
L'arrivée des premiers Bretons. Contrairement à une idée reçue, l'arrivée des premiers Bretons en Armorique, à la fin du IVe et au Ve siècle, dut beaucoup aux Romains, qui recourirent aux Bretons afin de protéger le littoral nord de l'Armorique et donc de défendre les côtes de l'Empire romain contre les pillards saxons et peut-être irlandais.
Ce flux d'immigration, contrôlé, encadré, préfigura un autre mouvement d'une toute autre ampleur, qui se produisit entre les Ve et VIIe siècle. Ce mouvement dut davantage, dans un premier temps, aux menaces d'invasion des Pictes de Calédonie (actuelle Ecosse) et des Scots d'Irlande qu'à celles des Angles et des Saxons.
Confrontés à l'invasion des Pictes et des Scotts, les Bretons décidèrent en effet de recourir à des mercenaires du Jutland (actuel Danemark). Seulement voilà : peu loyaux, les Jutes se retournèrent contre les Bretons et s'allièrent à d'autres tribus germaniques, qui les rejoignirent dans leur invasion des îles britanniques : les Angles et les Saxons. Les premiers occupèrent rapidement la côte nord-est de l'actuelle Angleterre (East Anglia), tandis que les seconds envahirent l'actuel bassin de Londres (d'où les noms de Sussex et d'Essex, par exemple).
La poussée anglo-saxonne. Les Bretons furent chassés et acculés sur la côte ouest de l'île de Bretagne, en Powys et Gwent (Pays de Galles) et en Domnonée (Cornouailles et Devon). Concentrés sur un plus petit territoire, les Bretons se trouvèrent à la fois menacés et confrontés à un problème de surpopulation. Cette poussée des Angles et des Saxons se traduisit ainsi par de nouvelles vagues de migrations, effectivement beaucoup plus importantes.
Une fois de plus, ce mouvement ne fut nullement anarchique et désordonné. Il s'agissait véritablement de troupes (ou de boats-people !) qui arrivaient à intervalles réguliers chez leurs compatriotes déjà fixés en Armorique avec femmes, enfants, chefs politiques et religieux (les fameux saints bretons). Ils achetaient des terres ou négociaient leur cession. Leur accueil était facilité par la présence d'autres Bretons, donc, mais aussi par les autochtones gaulois, qui présentaient des similitudes évidentes, tant linguistiques que culturelles. Bretons et Gaulois parlaient d'ailleurs des langues appartenant au même groupe de langues celtiques : celles du groupe brittonique ou p-celtic (par opposition au groupe gaëlique ou q-celtic).
Des nuances de peuplement. Si l'origine des Bretons est grosso modo bien connue, il est intéressant de rappeler que le peuplement par les Bretons s'est fait différemment selon les régions d'Armorique.
Ainsi, le nord de l'Armorique (notamment le Trégor) a-t-il été massivement peuplé par les Bretons de Domnonée (actuels Devon et Somerset), au point de lui transmettre son nom. Il en va de même de la Cornouaille (sud Finistère), massivement peuplée par les Bretons de Cornouailles britannique.
Les Bretons de l'actuel pays de Galles, de leur côté, ont plutôt peuplé le Léon et le pays Vannetais. A noter d'ailleurs la particularité du pays Vannetais, où le mouvement de migration n'a pas totalement submergé les autochtones. C'est d'ailleurs la principale explication de la différence linguistique du Vannetais. Si les trois dialectes bretons dits KLT de Cornouaille, du Léon et du Trégor sont proches, le Vannetais diffère sensiblement : notamment parce que le Vannetais est plus proche du gaulois. Les Vénètes y ont davantage imprimé leur trace que les autres peuplades gauloises d'Armorique, plus faibles.
Quelle fut la proportion d'immigrants dans la population (...) ? Les historiens peinent à quantifier la proportion d'immigrants bretons. Le débat n'est d'ailleurs pas clos sur cette question. Mais certains historiens avancent toutefois le nombre d'environ 30 à 50 000 immigrants bretons des îles britanniques entre les Ve et VIIe siècle. Ce qui est considérable. Car on peut estimer à l'époque la population de l'actuelle Bretagne à environ 100 000 âmes. Dans la moitié ouest de la Bretagne, le nombre d'immigrants a donc selon toute vraisemblance supplanté celui des autochtones, en particulier en Domnonée et en Cornouaille.
Il n'en reste pas moins que les bretons ont également peuplé l'est de la Bretagne, notamment jusqu'à une ligne allant du Mont-Saint-Michel aux portes de Nantes, mais il est vrai dans une moindre proportion et parfois par îlot. Ainsi, des zones ont été assez fortement peuplées par les Bretons, telle la presqu'île de Guérande et la région de Dol et Saint-Malo.

Force est donc de constater que la Bretagne est largement peuplée d'immigrés, auxquels il convient d'ajouter d'autres vagues d'immigration, notamment irlandaises (lors de l'évangélisation de la Bretagne puis, beaucoup plus tard, lors de la grande famine du XIXe siècle).

Daïk, chapitre VI

 

AU DÉPART, CELA RESSEMBLE À UNE BANALE PORTE D’ASCENSEUR

devant laquelle il attend, seul. La porte s'ouvre. Joss pénètre dans l'ascenseur.

A l'intérieur : surprise. Il tombe nez à nez avec son beau père, décédé il y a deux ans.

Ils restent tous deux sans voix, face à face. Les portes se referment.

L'ascenseur descend, descend, de plus en plus vite. Au point que leurs pieds décollent

du sol.

Ils restent en lévitation ainsi pendant de longues secondes, sans se parler,

comme tiraillés, entre la gravitation qui les attirent vers les entrailles de la terre

et la lévitation due à la poussée.

Soudain, l'ascenseur s'immobilise. Leurs pieds retouchent le sol, mais sans heurt.

Tout doucement.

Puis, la porte s'ouvre. Elle donne sur d’inquiétants escaliers métalliques qui semblent

descendre jusqu’aux entrailles du monde. Les lieux ne sont pas sombres, pas inhospitaliers

non plus, c’est une sorte d'entremêlement de poutres et de barres métalliques noyée

dans un halo de lumière jaune et rouge.

Son beau père ouvre la conversation par une série de jurons.

 

Tout va bien, il est en pleine forme. Egal à lui-même. Joss peut se réveiller.

C’est tout. C’est un rêve ! Rassuré, Joss est néanmoins troublé. Et il a la grippe.

Oui. Sortir sous la tempête n’a rien arrangé du tout. Après l’inspection

sous le déluge et après avoir déjoué le piège facétieux de Tania, il est allé s’allonger

dans la chambre à coucher et il a fait ce cauchemar avec cet ascenseur frénétique

fonçant droit vers les entrailles de la terre comme à la mine. Vlouf. Et son beau père

apparaît comme ça : il a l’impression d’être descendu dans sa tombe, de lui avoir

rendu une petite visite de courtoisie, sauf que sa sépulture est à des centaines

de mètres sous terre. Mal à l’aise, il pense aussitôt à ses grands pères,

eux aussi sont morts ! Pourquoi ne rêve-t-il pas d’eux ? Ils sont morts depuis longtemps.

C’est sûrement pour ça que Joss a rêvé de son beau-père. Sa disparition est plus

récente, plus proche de lui. Par un effet d’association d’idées, il réalise que ces hommes

ont peu ou prou le même âge dans son subconscient, comme s’il n’y avait jamais eu

de génération d’écart entre son beau père et ses deux papys.

Joss a peur de refiler la grippe à toute la famille. Il se lève et, fébrile, se dirige

vers les toilettes adjacents à la salle de bain de l’étage. Aussitôt enfermé,

des esprits frappeurs cognent à la porte ! Il a l’impression que ses deux

grands pères et son beau-père l’ont suivi sur le trône ! Ils ont tiré l

e fil du cauchemar et de ses pensées pour se lancer à ses trousses. Mais il reconnaît

bientôt l’origine de ces coups frénétiques qui ne s’arrêtent jamais. Celles et ceux

qui sont parents de jeunes enfants doivent les connaître. Ces Mimi-geignards qui rôdent...

Ils guettent à chaque fois que vous allez aux toilettes. Pas moyen d’être tranquille,

ça tambourine derrière la porte sitôt que vous vous êtes enfermés ! A croire

qu’ils vous surveillent dans leur déguisement de Sioux, cachés derrière l’étagère

de la mezzanine,

ou qu’ils sont reliés avec vos propres entrailles par talkie-walkie… « Go !!!! »

Pas moyen d’être tranquille, non. Jamais ! Et voilà que ça tambourine encore et encore !

Joss a l’impression qu’ils sont innombrables. Une armée de mimi-geignards

de l’autre côté de la porte post-formée.

La prochaine fois, il s’est juré d’acheter un casque antibruit.

Oui, tels sont les toilettes de l’étage, son dernier camp retranché depuis

que la vie est sortie du ventre de sa femme. Son regard tombe sur ce calendrier

pseudo-érotique qui orne le mur à gauche du trône : un calendrier avec une jeune naïade

allongée sur le ventre, un drapeau breton en arrière plan. Eh oui, c'est grâce à un calendrier

qu’il s’est initié, il avoue et l’assume puisqu’il l’affiche même. Tout a débuté lors

de son arrivée à Auray. Il venait de débarquer par le TGV avec son sac de voyage

à l'épaule. Sur le chemin de la gare au journal, il avait trouvé une petite chambre d'hôtes.

Dans le hall, il y avait d'abord eu cette carte de la Bretagne toute en breton

avec des sirènes dénudées. Il avait déjà été surpris, attiré par cette affiche

aux noms mystérieux :

Bro Wened, Bro Gerne, Meurvor, Bro C'hall... Une heure plus tard, arrivé à son rendez-vous,

c'était en prenant possession de son bureau provisoire qu’il s’était véritablement initié.

Déjà émoustillé, il avait trouvé sur la table, ce fameux calendrier en breton en guise de sous-main :

 

Genver,

C'hwevrer,

Meurzh,

Ebrel...

 

Fabuleux ! Il ne saurait dire pourquoi il était sous le charme. Il avait trouvé

ces premiers mots séduisants, énigmatiques, attirants. Ce fut le déclic qui

le poussa à apprendre la langue en commençant par un tout simple livre

touristique de l'écrivain Pierre Jakez Hélias, Images de Bretagne des Editions

Jos Le Doare : page 9, un petit lexique de quelque cent mots bretons usuels

avait fait l’affaire avant d’avaler les méthodes de Marc Kerrain et de Frañsez

Kervella… Voilà comment cette initiation a débuté. Initiation à une langue

très poétique, fort imagée, surprenante (comme toutes les langues, du reste). Il y a par

exemple ce mot : Sizhun (semaine), qui vient de Seizh (sept) et de Huñvre (rêve).

Les sept rêves de la semaine... Il y a encore Merc'heta (courir les filles) que l'on pourrait traduire

par "filler", "femmer" ! Il y a aussi Kazh-koad pour écureuil, le chat des bois ; l’imagé Koroll

qui désigne la danse ; diskar-amzer pour l'automne – littéralement, le déclin du temps ; le joli

Lipous qui signifie gourmand, alléchant ; le mystérieux Milendall qui désigne le labyrinthe ;

Kloched (prononcer clochette) à utiliser pour guillemets ; le rugissant Grozmolat pour

grommeler ! Quant aux termes modernes, ils sont souvent eux aussi très imagés

comme Karr tan, le char de feu pour la voiture ; Karr nij, le char qui vole pour l’avion…

Cette langue ne cesse de l'envoûter depuis son arrivée en septembre 1998,

en gare d’Auray. Elle l’envoûte jusque sur le trône ultime de son royaume,

tandis que la petite sœur de Nathan « grozmole » derrière la porte, que dire,

derrière la herse de son château. Il aime l’image du camp retranché, n’est-ce

pas approprié concernant cette langue, n’y a-t-il pas là une logique sous-jacente

et indéfectible à orner cette pièce recluse et intime d’un tel calendrier initiatique

(calendrier : traduire par Kalanna, à prononcer kalan avec « an » comme

dans maman + nnna !) ? Probablement. Cette langue est devenue celle d’un appendice,

d’un refuge au bout du monde, elle est délicate, intime. On ne la parle plus guère

que du bout de la langue parce que même ses défendeurs éprouvent encore

de la gêne à la pratiquer. C’est une langue du cœur avec sa part de mystère.

Le sceau du secret l’a maltraitée à ce point que même les néo-locuteurs ont parfois

la militance coupable.

Autant dire que Joss pressent un embarras à partager ce trésor parce

que la transmission orale de la langue a été perdue pour cause de nivellement

au profit du seul français cher à l’école de la République et que les apprenants

d’aujourd’hui sont pris entre le marteau des jacobins et l’enclume des bretonnants

historiques qui n’apprécient pas toujours (même si c’est de moins en moins

vrai) les tentatives de réappropriation de leur langue par de jeunes apprenants

qui véhiculent un breton jugé chimique, artificiel, uniformisé et standardisé,

pour mieux en assurer la transmission à l’avenir.

Si ce n’est pas déjà trop tard...

 

 

Posté par ar valafenn à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,