lettre typo celtique P

ENDANT CE TEMPS, DAÏK MET LE CAP

sur le trou noir II>IV.

Fébrile, l’extradolescent vérifie la production

en plutonium et, à l’aide d’un bras

mécanique articulé, plonge les barres dans

le générateur intégré. Il vérifie aussitôt l’état

de sa combinaison tout en délockant les

stabilisateurs de la capsule de secours.

L’univers IV n’est pas un monde inconnu.

Nombre de navigateurs ont posté leurs itinéraires préférés sur les méta-terminaux.

Les données de vol sont automatiquement partagées. Ainsi, n’importe quel utilisateur

de vaisseau peut se router facilement. Daïk compte ainsi cibler la portion

du trou noir II>IV menant aux confins de la voie lactée dans l’une des constellations

de Ptolémée*. 

Pour être déjà évoquée par les récits druidiques, la constellation est située

à proximité du système solaire entre Ophiuchus et Capricorne.

Le centre de cette constellation se trouve dans

la Voie lactée, elle-même plus dense à l’endroit où elle traverse le Sagittaire.

Le Sagittaire est un repère à nébuleuses et à amas stellaires fort bien gâté

par Dame nature...

-Bordel, comment s’y retrouver là-dedans ?, grogne Daïk qui murmure :

l’étoile la plus brillante de la constellation du Sagittaire (Kaus Australis ε Sgr) se situe

à la base sud de l’arc, OK. A dix degrés plus au nord-est se trouve Nunki, au niveau

du cou, super ! Ces deux étoiles forment un quadrilatère complété par Ascella au sud-est

et Medius au nord-ouest. C’est le corps de la bête, quoi !

En retrait, moins lumineuse, τ Sgr marque l’arrondi du corps. A l’opposée, γ et λ Sgr.

Tout bon ! Quant à l’arc, il est formé par trois étoiles : Kaus Borealis, Kaus Medius et

Kaus Australis.

Mouais.

Daïk ne voit pas encore par quel biais récupérer la trajectoire d'une comète…

Une certitude : l’évocation de la constellation du Sagittaire est

bluffante pour une civilisation si en retard en matière d’observation

spatiale. Au cœur de la Voie lactée, la constellation

du Sagittaire et la radio-source Sgr A** sont associées à un trou noir super-massif situé

au centre de la galaxie en univers IV. Une douzaine d’étoiles compose un

amas stellaire en orbite autour de ce même trou noir… Autrement dit, Sagittaire est

LA constellation autour de laquelle tourne la Voie lactée.

Particularité de ce trou noir central qui fait office de courroie d’entraînement,

il émet une faible activité électromagnétique.

Faut-il encore savoir pourquoi.

Daïk jette un globe aux rapports des navigateurs qui ont déjà débouché au

cœur de ce trou noir depuis l’univers II. Il engloutit une faible quantité de

matière, les étoiles en orbite autour sont extrêmement proches puisque la

plus exposée d’entre toutes fait un tour complet en quinze révolutions

terrestres ! Autant dire que dalle ! Aucune forme de matière connue n’est susceptible

d’être aussi comprimée dans un tel espace tout en étant aussi peu lumineux

sauf un trou noir... Celui-là avoisinerait les quatre millions de masses solaires !

Dans la foulée, l’extradolescent géo-localise le système solaire dans un bras

de la Voie lactée très excentrée, et c’est une chance pour leurs

habitants. Car non seulement le trou noir est peu actif, mais en plus, ce système

est très éloigné. Bien avant d’être englouti par le trou noir central, la Grande menace

viendra de l’explosion de l’étoile solaire. Et plus sûrement encore d’une collision

avec une comète...

-Bon, c’est cool. Revenons à nos moutons, fait Daïk. Y’a du boulot !

La distance à parcourir promet d’être phénoménale avant le retour

de campagne de papa-maman. Daïk ne voit qu’une solution : se jouer de

l’espace-temps et bien optimiser ses inverseurs attractionnels destinés à

« négativer » la puissance d’attraction du trou noir et à propulser ainsi l’aéronef

à une vitesse astronomique dans la direction souhaitée. Pas simple, non, car la faible

efficience du trou noir complique sévèrement la donne.

Jouer à fond de la distorsion espace-temps entre univers II et IV, c’est un peu comme

convertir des francs suisses en euro… ou, pour être précis, des francs suisses en dollars

zimbabwéens de 2009 avec ses billets de cent mille milliards de dollars ($ 1014)...

Comme quoi, l’astronomie c’est comme la finance.

Tout est possible...

 

 

________________________ 

* Les premiers travaux quantitatifs relatifs à la structure détaillée de la Galaxie remontent à 1918. Harlow Shapley étudia la répartition sur la sphère céleste des amas globulaires et détermina que le centre de la Voie lactée se situait dans la direction de la constellation du Sagittaire aux coordonnées approx. de 17h 30m et -30°. Ainsi  établit-il que le Soleil ne pouvait être situé au centre de la Voie Lactée. Shapley est ainsi considéré comme l’auteur d’une seconde révolution copernicienne. Il estima la taille de la Voie lactée à plusieurs dizaines de milliers de parsecs, un parsec représentant 3,2616 années-lumière soit environ trente milliards de kilomètres. 

*La radiosource Sgr A est découverte en 1974 par Bruce Balick et Robert L. Brown à l’Observatoire de Green Bank, l’année de l’invention des playmobiles.