TRI -3-

 

 

L’ENFANT.
—Chante-moi la série du nombre trois.

 

LE DRUIDE.
— Il y a trois parties dans le monde : trois commencements et trois fins, pour l'homme comme pour le chêne.

Trois royaumes de Merlin, pleins de fruits d'or, de fleurs brillantes, de petits enfants qui rient...

 

 

 

lettre typo celtique L

ES TROIS VIES ET LES TROIS MORTS de l’homme correspondent aux trois sphères de l’existence de la mythologie bardique. « Je suis né trois fois », disait Taliésin. En prêtant la même destinée à l’homme et au chêne, le chant des Séries entendrait plutôt parler des druides, dont cet arbre était le symbole. Le témoignage de Taliésin viendrait encore à l’appui de cette opinion : « Chêne est mon nom », disait-il. Les trois royaumes de Merlin paraissent correspondre avec la troisième sphère mythologique des traditions galloises, celle de la Béatitude. Le Merlin, auquel sont soumis les trois royaumes célestes dont il est ici question n’est ni le barde guerrier ni le devin de ce nom. Il est difficile de ne pas voir en lui une divinité celtique...

-Merci, Ann Drouiz.

-De rien, je ne fais que te répéter les propos de Kervarker. Et désolé de t’avoir dérangé… Ils sont partis ?

-Oui, leur char de feu est sitôt reparti. Je ne sais pas si je dois me méfier d’eux. Quelque chose me dit qu’ils ont des soupçons !

-Tu soupçonnes des soupçons… Tu ne les crois pas sincères dans leur action ?

-Je n’en sais rien.

-Bonne chance en tout cas, Daïk. Tu sais ce que je pense de cette folie…

Fin du rush.

 

Daïk est seul et la pluie commence à tomber. Le vent se lève. Un chant nasillard s’élève à l’instant même où il approche de la grande maison de pierre. Une voix de barde. Seigneur ! Tout est si conforme, si parfait… Ann Drouiz, comment sais-tu ? Es-tu déjà venu enfreindre la grande Loi ? Daïk ne serait pas vraiment surpris et, pour tout dire, ceci expliquerait même la mise à l’écart d’Ann Drouiz l’excommunié.

Daïk approche d’une fenêtre, tout près de l’épais mur de granit qui ne semble plus en mesure de contenir la puissance de la voix sacrée. L’extradolescent entraperçoit à présent des lumières qui clignotent à l’intérieur de l’édifice. De toutes petites lumières semblables à celles émises par l’écran, à bord du char à feu, qui donnait la direction de leur itinéraire terrestre. Cette fois, il ne s’agit pas de cartes, mais d’images qui défilent de haut en bas.

Au bout de l’écran, la main d’une femme. Absorbée, magnanime, elle contemple l’image en deux dimensions. Daïk est sous le charme. Cette Terrienne est semblable à une fée étudiant l’alchimie de la paix et de la beauté universelle ! Il n’en a jamais vu de semblable de toute sa vie éternelle ! Même Rozenn lui semble commune en comparaison, du fait de sa combinaison qui lui donne un air de déjà vu… Mais cette femme, en revanche… Elle porte une large chemisette de princesse telle qu’on en voit dans les imageries légendaires, dans toutes ces iconographies interdites, licencieuses. Le haut des seins se devine. Sa respiration est semblable à celle des grandes reines dans leurs corsets frémissants. Daïk en tomberait amoureux s’il n’y avait la barrière de l’espèce et de l’âge.

Et ce parfum d’inceste par-delà l’espace-temps…

L’extradolescent veut bien croire aux mythes officieux et ancestraux, à la théorie des origines terrestres. Après tout, comment est-il lui-même sous sa combinaison ? Daïk l’ignore, puisqu’il est formellement interdit de la retirer sous peine de mourir d’asphyxie comme jeté dans le vide sidéral ! N’est-ce pas là la marque du conditionnement ? La Loi tout d’abord, et maintenant ce soupçon… Daïk doute de la prétendue liberté de penser - et d’action - de sa propre civilisation. Ce qui lui semblait naturel apparaît soudain suspect. De la même manière, et si l’immortalité n’était qu’un mythe ? Un conditionnement de plus ?

De tout temps, dans toute civilisation, défier le conditionnement ambiant a toujours été LE péché mortel par excellence. Il fut religieux chez les humains, avant de devenir politique, puis économique. Qui refusait de croire aux divinités en vigueur était passible de la mort. Qui refusait de se soumettre à l’idéologie du régime politique était passible de la mort. Qui s’extrayait au modèle économique dominant était passible de la mort. Encore et toujours, la mort ! A chaque civilisation, à chaque ère, ses effets de seuil, par pure contingence. A chaque fois, l’arbitraire contingence fait sa Loi. Il en est ainsi de ces humains comme des peuples de l’univers II qui obéissent aux commandements de leurs aînés : tu ne te reproduiras pas, tu te soumettras aux technologies, tu n’excaveras pas les reliques des civilisations antérieures mais tu t’évertueras, en revanche, à toujours regarder loin devant toi pour ne surtout pas te rendre compte de comment c’était avant...

Il en est de même en ce début du XXIe siècle sur Terre où un mal bien particulier ronge l’espèce humaine. On l’appelle communément le stress. Le stress colonise les organismes humains qui sont persuadés d’être responsables individuellement de cette tension intérieure. Ils ont beau consulté toutes sortes de pseudo-druides modernes férus des dernières thérapies, ils ne trouvent jamais le repos. Las ! Et pour cause, c’est simplement qu’ils sont gagnés par la nouvelle Loi ! La nouvelle contingence économique et technologique qui a pris insidieusement le pouvoir et pense à leur place, décide de leur chemin de vie sans qu’ils n’aient plus conscience de l’extraordinaire déclin spirituel et culturel qui a pris possession de leur âme tel un vautour avide tournoyant au-dessus de leur condition amoindrie... L’heure est venue d’entrer dans une nouvelle dictature, le monde démocratique ancien a été vidé de sa substance sans que personne ne s’en insurge. Le mal est fait et triomphe sur les esprits ravagés de désirs inassouvis tandis que les mémoires collectives s’appauvrissent et que la soif de l’autre s’assèche, que de nouvelles tours et de nouvelles murailles s’érigent autour des femmes et des hommes et qu’ils deviennent des machines inféodées jusqu’à la moelle. Les êtres du XXIe siècle ne perçoivent déjà plus le trouble au-dessus de leur tête, un trouble schizophrène induit par la nouvelle déforestation.

La nouvelle dévastation.

Parce que la technologie règne en maître sur leurs désirs. Plus leur œuvre quotidienne est spoliée par de nouvelles organisations et plus les anciennes, incapables de solutions, se chargent de vous culpabiliser. Elles vous traitent d’incapables, parce qu’après tout, tel est leur ultime pouvoir.

La manipulation.

La maltraitance.

Les organisations dépassées serinent que vous travaillez mal, ou trop peu, alors qu’elles se sont rendues complices d’un vaste hold-up. Les complices d’un braquage mortifère, celui de vos compétences, de vos savoirs. Et voilà qu’elles ont le culot de venir vous reprochez de vouloir rester debout alors que ce sont elles qui sont mortes ! De la même manière, Daïk s’interroge sur sa propre enveloppe. Est-il réellement le fruit de la nature puisque la technologie s’est déjà suppléée à son essence même ? Tels les hommes du XXIe siècle qui se sont soumis à une nouvelle contingence, les êtres de son espèce s’en sont remis à la manipulation génétique au point de supprimer tout pouvoir reproducteur.

Dès lors, tout est rendu possible.

Tout peut être travesti.

Ses pensées.

Son apparence.

Son propre post-ADN.

Daïk est sous le choc.

Il ne sait plus qui il est.

Qui observe-t-il à cet instant ? Qui a-t-il envie d’être ou de devenir ? Il ne sait pas d’où il vient. Il ne sait pas où il va, et cela lui apparaît clairement en observant les humains sur Terre. La Toshiba vomit le chant du druide. Penez Drigent hurle à la mort. Telle une muse aussi inspirée qu’inspirante, Koupaïa s’instruit sur la chirurgie esthétique et se rassure sur ses méfaits.

Joss, lui, regarde par la fenêtre sans soupçonner la présence à cet instant d’un extradolescent venu trouver des réponses à ses questionnements existentiels.

Et Nathan joue dans le jardin, ignorant qu’un extraterrestre a décidé d’entamer une nouvelle vie et de refaire le monde.

 

Telles sont les trois vies et les trois morts de l’homme. Ce que fut l’esprit des druides et du Bel enfant. Ce que l’humanité devint avec l’avènement des technologies intrusives. Ce qu’elle sera, demain, après la procréation artificielle et l’abandon de sa planète matricielle...