Etel vaut bien... un stylo bleu

 

Posté par ar valafenn à 19:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


La réunification de la Bretagne est morte ? Vive la réunification !

bretagne+arrondissement de saint nazaire en bretagne

Logique contre logique.

Souvenons-nous de la partition de la Bretagne. Réalisée sur un coin de table par un haut fonctionnaire avec ses crayons de couleurs...

Ces mêmes pouvoirs publics n'ont de cesse de balayer du revers de la main tous les arguments en faveur d'une réunification de la Bretagne, pourtant souhaitée par plus des deux tiers des habitants de la Loire-Atlantique. Une pétition, actuellement en cours, a d'ores et déjà collecté plus de 75 000 signatures auprès des électeurs du département. Las : il en faudrait 100 000 pour obtenir la tenue d'un référendum local et le président du Conseil départemental, qui a reçu l'association apolitique Bretagne Réunie ces derniers jours, semble s'être pris à rêver que le compte n'y sera jamais !!!

 

L'un des arguments qui revient en boucle, dans la bouche et la gestuelle de nos représentants opposés, est d'évoquer le sort de Nantes et celui des autres départements des pays de la Loire... C'est ainsi : la Bretagne lésée doit avoir davantage d'égards pour ses voisins.

Mais soit.

Au jeu du redécoupage et des scrupules administratifs, il existe une solution qui ne ferait du tort ni aux élus nantais, ni aux élus ligériens : le rattachement de l'arrondissement de Saint-Nazaire à la Bretagne.

Ainsi la région des pays de la Loire serait sauve.

Et les deux capitales de région Nantes et Rennes seraient elles-aussi sauves.

Voici donc une proposition de sortie de crise qui préserverait les intérêts vitaux de nos voisins et qui, à défaut de renouer avec Nantes et son passé breton, permettrait de renouer avec un territoire historiquement bretonnant, dont la toponymie parle d'elle-même. Un territoire qui va du Croisic à Guenrouet, de Guémené-Penfao à Pornic, de Piriac à Saint-Gildas-des-Bois. Cela serait également l'occasion de rattacher les communes ligériennes du pays de Redon, à cheval sur deux régions administratives et trois départements.

Le résultat garantirait un minimum de cohérence géographique, historique, économique, culturelle et linguistique à la Bretagne. Sans maltraiter les fameux voisins ligériens.

Cela serait l'occasion de repenser le découpage départemental actuel avec plusieurs options :

1. La suppression des départements bretons et leur intégration à la Région Bretagne.

2. L'intégration de l'arrondissement de Saint-Nazaire au Morbihan.

3. La création d'un nouveau département spécifique.

Rappelons que l'arrondissement de Saint-Nazaire compte environ 320 000 habitants (340 000 si on y adjoint les communes du pays de Redon).

L'intégration de l'arrondissement à la Bretagne ferait porter la population de cette dernière à 3,640 millions d'habitants. Les pays de la Loire passeraient de 3,720 à environ 3,400 millions d'habitants.

Dans le cas d'un rattachement au département du Morbihan, celui-ci totaliserait une population de l'ordre de 1,080 million d'habitants, ce qui serait comparable à l'Ille et Vilaine et à peine plus que la population du Finistère.

 

Amis blogueurs et lecteurs du 44, je vous invite à en faire autant !

 

Je fais passer le message, fort bien écrit, et in extenso, de l'association apolitique Bretagne Réunie qui fait signer une pétition actuellement auprès des habitants inscrits sur les listes électorales en Loire-Atlantique : l'objectif ? Collecter 100 000 signatures pour le droit d'option (référendum local sur la réunification de la Loire-Atlantique à la Bretagne - plus d'infos sur le site de Bretagne Réunie). Faites passer !

super-man-600x1234

 

Le plein, s'il vous plait.

On n'entend plus cette phrase depuis que les pompes automatiques ont remplacé les pompistes.
On aurait pu l'entendre ce week-end auprès des collecteurs de signatures pour le droit d'option.

Le plein ce sont les 78 signatures surprises à  Sucé, les 210 prises par 3 initiatives du Comité de La Mée, les 400 comptabilisées à La Baule et enfin le bouquet des 643 signatures collectées par l'équipe de Pornic. Un chiffre digne du livre Guiness.

Ce sont aussi la remontée des 330 signatures prises précédemment par Marie Thérèse à la Fête de la mer, belle pêche !

et pourtant:

Dimanche à Sucé l'équipe se déplace pour un boîtage sur 600 boites aux lettres.  Joel, superman de la signature,  repère  la  boulangerie en face de l'église... vif comme l'éclair il ouvre son paquet de mille feuilles à signer. ..et 60 clients signent  en à peine 1.30h ! Pas de tire au flan, tout se règle à la baguette. Le chiffre va croissant.

A La Baule: très difficile de prendre les signatures !!!! plus d'une personne sur 2 avaient déjà signé.

 Ce sont au total 1671 signatures (à valider) qui ont rempli les feuilles et incrémenteront le compteur.

Le plein quand même s'il vous plait.

Cette constatation indique bien que nous avons besoin de nous ouvrir vers de nouvelles ressources hors du traditionnel mouvement breton.  Tout simplement vers la Bretagne de tous les jours. Nous recevons d'ailleurs maintenant presque tous les jours d'agréables  reproches:  "vous n'êtes pas venus dans ma commune !"  et beaucoup de sud-Loire se réveillent.

Heureusement  septembre sera le mois de la pétition.

A nous de faire le plein.

 

Bretagne Réunie
3 rue Harouys
B.P 49032
44090 NANTES CEDEX 1

contact(at)bretagnereunie.bzh
+33 (0)6 82 67 19 46

              

 

 

 

Posté par ar valafenn à 08:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La réunification des deux Bretagnes...

La réunification de la Bretagne a-t-elle une chance d'aboutir ? En dépit des ouvertures offertes par la loi NOTRe, qui rend possible la tenue d'un référendum (une pétition est en cous en ce sens et recueille 66 000 signatures d'électeurs de la Loire-Atlantique à ce jour - il en faudrait 100 000) et du soutien des 4 000 élus locaux qui ont signé la charte de la réunification, c'est fort peu vraisemblable.

L'obstacle majeur ne vient plus du pouvoir central, mais de Nantes. Les sphères dirigeantes nantaises voient d'un bon oeil le statu-quo actuel : Nantes gagne sur tous les tableaux : elle jouit du rayonnement culturel et de la notoriété touristique de la Bretagne... tout en bénéficiant des retombées du pouvoir politique et économique en tant que capitale des pays de la Loire.

Bretagne Réunie, l'association qui fédère les tenants de la réunification, l'a bien compris. Elle recherche aujourd'hui des soutiens autour de Nantes et dans les départements ligériens voisins. C'est que Nantes phagocite quasi tout en Pays de la Loire. La croissance économique et démographique est aujourd'hui le fait quasi-exclusif des métropoles en France, et c'est ainsi que Nantes capte infrastructures et startups et crée, à l'instar de Paris il y a une trentaine-quarantaine d'années, un vaste sas de dépressurisation autour d'elle... De la même manière que Paris a siphonné le grand bassin parisien (les départements limitrophes à l'Ile de France ont tous vu leurs centres de recherche et développement s'exiler dans la capitale en l'espace d'une génération), une large frange du Maine et Loire et de la Vendée, pourtant active, risque fort de connaître le même sort. Le phénomène n'épargne pas non plus, du reste, la frange bretonne, à l'ouest (pays de Redon, sud de l'Ille et Vilaine).

C'est ainsi que Bretagne Réunie a rencontré en mai dernier les députés de plusieurs circonscriptions du Maine et Loire, de Loire-Atlantique et de Vendée. Leur point commun ? Toutes se situent à la périphérie de la région des Pays de la Loire et tentent de résister à l'ogre nantais : circonscription de Saint-Nazaire, d'Angers, de Saumur, du Sud-Vendée... Autant de territoires qui, sans approuver la réunification, ont prêté l'oreille aux propositions de Bretagne Réunie : "Au mois de mai dernier nous avions eu un entretien avec Mme Dubré-Chirat, député La République En Marche de la 6ème circonscription du Maine-et-Loire. L'élue avait proposé d’organiser en juillet, à l’Assemblée Nationale, une audition de Bretagne Réunie, explique l'association pour la réunification de la Bretagne dans un récent communiqué (...). Nous avons donc pu exposer notre projet de réunification devant Nicole Dubré-Chirat, Sandrine Josso, députée de la 7e circonscription de Loire-Atlantique, Patricia Gallerneau, députée de la 2ème circonscription de Vendée et Jean-Charles Taugourdeau, député de la 3ème circonscription du Maine-et-Loire. Parmi les thème abordés : la réunification, un projet partagé avec les départements voisins ; un nouveau départ pour les départements voisins ; la position dominante de la métropole nantaise à l’égard des départements voisins ; l’intérêt des sentiments d’appartenance ; les « marques » Vendée, Anjou, Bretagne ; l'équilibre entre les métropoles et les pays ruraux ; le droit d’option et la pétition."

Ces territoires, il est vrai, auraient beaucoup à gagner à intégrer des ensembles économiques, historiques et culturels régionaux plus cohérents, porteurs de sens.

Mais la position de Bretagne Réunie ne relève-t-elle pas pour autant de l'équilibrisme schizophrène ? Si l'agglomération nantaise vide son hinterland ligérien pourquoi en serait-il différemment s'agissant de l'hinterland breton ? Au nom d'un prétendu équilibre des forces avec Rennes, d'un côté, et l'Ouest breton de l'autre ? On peut comprendre les rétissences des Nantais qui peuvent voir dans cet équilibre des forces un affaiblissement du rayonnement de leur métropole, sans parler de la question du choix de la capitale de la future région. On peut comprendre aussi les rétissences des Bas Bretons, déjà rudement challengés par la dynamique rennaise.

On voit toutes les limites de l'exercice. A Bretagne Réunie de convaincre et de résoudre cette équation pour lever les réserves. Aux habitants de Loire-Atlantique, surtout, de prendre leur destin en main. Et dans le cas d'un tel référendum, de ne pas en minimiser l'enjeu, comme les Alsaciens ont pu le faire en boudant l'occasion qui leur a été offerte de fusionner les deux départements alsaciens. Leur incapacité à unir les forces entre Strasbourg et Colmar leur avait coûté leur région, diluée dans un Grand-Est vide de sens... Un scénario cauchemar pour les Bretons. Mais un tel scénario l'est-il pour les habitants de Loire-Atlantique qui peuvent être tentés par le statu-quo, voire par le concept mou de Grand-Ouest ?

Posté par ar valafenn à 02:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Voiture électrique, retour sur expérience

 

citroen C0

Une fois n'est pas coutume, voici un petit retour d'expérience... électrisant ! Amis lecteurs, vous l'aurez compris : éco-tourisme, langues régionales, ESS, environnement sont un tout. Et en la matière, outre "retaper" une chaumière, j'ai aussi décidé d'opter pour le mix énergétique. Certes imposible encore de se délester d'un véhicule longue distance (à part le choix de l'hybride) mais pour ce qui est des véhicules secondaires, il y a vraiment des choses à faire dans l'électrique. 

J'ai opté pour une Citroën C0, qui est certes l'un des véhicules électriques les plus limités en autonomie (120 - 130 km) mais c'est sans regret. Elle remplit son rôle avec un gros atout par rapport à la Renault Zoé (certes plus autonome) : la batterie hyper souple d'utilisation, que l'on peut brancher sur une prise standard chez soi et qui ne coûte pas un loyer... Moralité : non seulement on "schinte" son budget mécanique (kenavo kit distribution, pièces moteurs, vidanges et autres contrôles techniques...) mais on a réellement l'impression de "schinter" son budget énergétique : la location de batterie m'avait refroidi dans le principe, ayant finalement l'impression de remplacer (certes vertueusement) le budget carburant par celui de la batterie. Nous avons opté pour une formule de location de la C0 longue durée à 250 euros/mois assistance incluse (c'est 240 sans) et sans apport... et donc sans location de batterie. Résultat : nous consommons quelques heures de recharge sur les heures creuses. J'ai fait mon couche-tard plusieurs soirs : la batterie est rechargée en moins d'une nuit (souvent 2-3 heures suffisent) avec une consommation électrique équivalente à celle d'un sèche serviette de 500 watts... Je pense m'en tirer pour 150 euros d'électricité grand maxi par an, d'autant que la batterie de la C0 ne se décharge pas si on ne l'utilise pas !

Bref, que des avantages, mise à part l'autonomie. Il faut donc faire son petit calcul pour ses trajets...

citroen C0 2

Dans notre cas, on est ravi. Cela fait un peu plus d'un mois et demi et c'est cool.

Ah, juste un point : attention au (non) bruit : quand la C0 est à l'approche pour se garer le soir à la maison, on a l'impression d'entendre les roues d'une poussette passant dans la rue ! Ca vaut pour les piétons comme pour les animaux : on a remarqué que les chats et même les oiseaux se méfient moins du véhicule...

Quant à la vitesse, c'est très pêchu en ville. La montée un peu plus lente sur la voie express. Mais elle tient le 110 sans souci avec un peu de marge sous le pied. 

Bref, je ne comprends pas trop le peu d'intérêt que semble susciter encore la C0. Y compris vis à vis de la Zoé ou de la Blue Car (excessivement chère et peu adaptée à la voie express).

Posté par ar valafenn à 12:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


SeaLoft, Lorient

 

La vogue de l’hébergement insolite est-elle en mal de nouveautés ? Certainement pas en Bretagne ! Le défi que viennent de relever l’architecte naval plouharnelois Jean-Mathieu Bourgeon (JMKoncept) et le chantier naval lorientais SailWood va mettre bien des étoiles dans les yeux des amateurs d’expériences originales et atypiques. Entre péniche et loft, tiny-house et roulotte flottante, le « houseboat » made in Morbihan vient de se poser comme une fleur dans le port de Kernével, à Larmor-Plage. Une MOB posée sur l’eau, en somme. 

 

Jean-Mathieu Bourgeon à bord du houseboat de SeaLoft. - Photos : Xavier Eveillé

D’une surface de 48 m² (et jusqu'à 28 m² de terrasse extérieure), le houseboat peut accueillir 5 personnes, disposant en bas d’une chambre avec trois lits simples, d’une salle de bain cosy et d’un séjour avec cuisine équipée. Une version à 7 est prévue. / Lire la suite sur Le Journal des Entreprises édtion du Morbihan

 

Posté par ar valafenn à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

In extinso

 

22 planguenoual cidre

 

Parce que parfois (rarement en fait) les communiqués de presse peuvent être instructifs.

Rien à dire de plus...

Celui-ci est particulièrement bien conçu, même s'il a tendance à vous bombarder de chiffres.

Bravo ;-)

 

Communiqué de presse

 

Les Français ne connaissent-ils vraiment rien aux produits de saison ?

 

65% des Français ne préparent pas leurs repas avec des produits de saison

84% des femmes sont freinées par le prix mais 52% des hommes, non !

36% des Français sont prêts à payer seulement 10% de plus

 

La provenance est importante pour 61% des femmes et pour seulement 32% des hommes

95% des Français considèrent que les fruits et les légumes de saison sont bons pour la santé

Les Français n'obtiennent que 4 bonnes réponses sur 13 sur les produits de saison

 

Les 3 régions où les Français connaissent le mieux les produits de saison :

N°1 : Auvergne Rhône-Alpes, N°2 : Bretagne et N°3 : Normandie

 

 

Suite à la journée mondiale du commerce équitable du 12 mai 2018, Quitoque.fr, leader français du marché des panier-recettes livrés à domicile, a voulu savoir les Français savaient comment s'alimenter en fonction des saisons et des productions locales. Un sondage effectué auprès de 8.657 personnes pour connaître leurs compétences sur ce sujet d'actualité.

Lien officiel : https://www.quitoque.fr/  

 

*Méthodologie : L'enquête a été réalisée sur 8.657 personnes représentatives de la population nationale française âgées de 18 ans et plus. Sondage effectué en ligne, sur le panel propriétaire Buzzpress France, selon la méthode des quotas, durant la période du 4 au 10 mai 2018.

 

Des repas... pas de saison

Au cours de l'élaboration de leurs repas, les Français sont bien loin de choisir des produits en fonction du calendrier. En effet, plus de 62% des femmes et 69% des hommes répondent qu'ils ne se préoccupent pas du tout de savoir si les fruits ou les légumes qu'ils cuisinent sont en phase avec la saison.

 

Lorsque vous préparez vos repas, privilégiez-vous les fruits et légumes de saison ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

35%

38%

31%

Non

65%

62%

69%

 

 

 

 

 

 

Trop cher...

Pour la grande majorité des Français (66%), le prix des produits de saison est un frein. Dans le détail, ce sont surtout les femmes qui sont attentives aux tarifs pour plus de 84% d'entres elles alors que les hommes ne sont que 48% dans ce cas.

 

Pour vous, le prix est-il un frein ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

66%

84%

48%

Non

34%

16%

52%

 

 

 

 

 

 

Le juste prix est...

Concernant le prix à payer pour des produits de saison, 36% des Français sont prêts à aller jusqu'à une augmentation de 10%, mais pas plus. 28% sont disposés à monter jusqu'à 20% et enfin 16% jusqu'à 30%. A noter que les hommes sont plus nombreux à accepter de dépenser plus.

 

Combien en pourcentage êtes-vous prêt(e) à payer en plus ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Rien du tout

8%

12%

3%

Jusqu'à 10%

36%

41%

32%

Jusqu'à 20%

28%

28%

29%

Jusqu'à 30%

16%

11%

20%

Jusqu'à 40%

9%

6%

12%

Jusqu'à 50%

3%

2%

4%

 

 

 

 

 

 

D'où ça vient ?

Si la provenance des produits de saison ne semble pas être un problème pour 53% des Français, l'analyse des réponses en fonction des sexes apporte un éclairage bien différent. En effet, plus de 61% des femmes interrogées considèrent que la provenance des fruits et des légumes est d'une importance majeure alors que 68% des hommes y sont indifférents.

 

Pour vous, la provenance des produits est-elle un frein ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

47%

61%

32%

Non

53%

39%

68%

 

 

 

 

 

 

C'est bon pour la santé ? 

Un fait sur lequel les femmes et les hommes sont pleinement d'accord est celui de la santé. En effet, 95% des Français considèrent que consommer des fruits et des légumes de saison est réellement bénéfique pour leur corps.

 

Selon vous , manger des produits de saison est-il bon pour la santé ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

95%

91%

98%

Non

5%

9%

2%

 

 

 

 

 

 

Voilà l'été !

C'est à la saison estivale que 61% des Français consomment le plus de produits de saison. En deuxième position arrive l'automne pour 40% des répondants, suivie du printemps avec 37% et enfin l'hiver en dernier choix avec 36%.

 

Y a-t-il des périodes où vous mangez plus de produits de saison ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

En hiver

36%

33%

38%

Au printemps

37%

32%

42%

En été

61%

58%

65%

En automne

40%

41%

40%

 

 

 

 

 

 

Interrogation sur les produits de saison : 6/20 !

Lorsque l'on questionne les Français pour savoir quels sont les produits actuellement en phase avec la saison, les bonnes réponses se font rares. En effet, les Français trouvent seulement 4 produits sur les 13 propositions.  Ainsi, ils savent que les endives ou les châtaignes ne se récoltent pas en ce moment mais que c'est la bonne période pour les radis et les fraises. En revanche, ils ont tout faux pour tous les autres fruits et légumes proposés.

 

Parmi ces produits, lesquels sont de saison en ce moment ?

Réponses

Oui

Non

Artichaut

42%

58%

Asperge

49%

51%

Brocoli

54%

46%

Chou-fleur

43%

57%

Épinards

35%

65%

Endive

48%

52%

Oseille

42%

58%

Petits pois

47%

53%

Salsifis

51%

49%

Radis

50%

50%

Fraise

52%

48%

Châtaigne

36%

64%

Rhubarbe

43%

57%

 

 

 

 

 

Dans quelles régions les Français connaissent-ils le mieux les produits de saison ?

Avec seulement 2% de bonnes réponses, les régions Pays-de-Loire, Ile-de-France et Hauts-de-France font figure de mauvaises élèves au niveau national. Ce sont les régions Auvergne Rhône-Alpes avec 15%, Bretagne et Normandie avec 13% qui arrivent en tête des régions connaissent le mieux (ou le moins mal) les produits de saison.

 

Dans quelle région habitez-vous ?

Classement

Régions

Pourcentages

N°1

Auvergne Rhône-Alpes

15%

N°2

Bretagne

13%

N°3

Normandie

13%

N°4

PACA

12%

N°5

Nouvelle Aquitaine

11%

N°6

Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

10%

N°7

Bourgogne Franche-Comté

6%

N°8

Centre - Val de Loire

5%

N°9

Grand Est

5%

N°10

Corse

4%

N°11

Pays-de-Loire

2%

N°12

Ile-de-France

2%

N°13

Hauts-de-France

2%

 

 

 

 À propos de Quitoque

Quitoque est le leader français sur le marché des panier-recettes livrés à domicile. Les trois co-fondateurs de la start-up se sont donnés pour mission de simplifier le quotidien des Français et de leur permettre de bien manger, sans contrainte. Les abonnés reçoivent chaque semaine un panier contenant tous les ingrédients ainsi que les recettes pour réaliser 4 à 5 repas. Les produits sont sélectionnés avec soin pour leur fraîcheur et leur qualité. Les recettes sont imaginées par la Chef Céline Nguyen, co-fondatrice de la marque ; elles sont faciles, originales, et équilibrées. La livraison est gratuite et possible partout en France métropolitaine. En pleine croissance, Quitoque a pour ambition de devenir une véritable alternative aux courses du quotidien.

Pour plus d'informations : https://www.quitoque.fr/

 

Allez, un bémol : la photo du CP... Kitchissime. Je l'ai troquée par cette illustration du dessinateur de presse Clam (parue originellement dans Le Guide de la Bretagne insolite & relax).

Posté par ar valafenn à 14:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

'Vit hon touristed veniget

PA crucuno montage 1

Achu, ma doué. Skuizh on... / Fini, ma doué. Fatigué...

 

*Pour nos visiteurs bénis. / For our blessed visitors.

 

Posté par ar valafenn à 20:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Daïk, Epilogue

 

 

NANN – 0 –

 

 

lettre typo celtique J

E VEUX SIMPLEMENT ENTENDRE VOTRE VERSION

des faits, face à ces graves accusations.

Avez-vous, oui ou non, caché l’existence d’une vie

extraterrestre pendant toutes ces années ?

Pouvez-vous faire la lumière sur les révélations rapportées

par monsieur Smith ?

Nathan est sous le coup de la colère. Il s’agite sur sa chaise, se donne une contenance et répond :

-Monsieur Smith a failli intenter à ma vie et cet homme aujourd’hui sénile ose à présent me mettre en cause ! Je peux vous affirmer solennellement que tout ceci est une forfaiture de la pire espèce. Ne voyez-vous pas que mon grand rival politique devant l’éternel a fait les fonds de tiroirs pour me salir ? Je n’avais pas dix ans au moment des faits qui me sont aujourd’hui reprochés ! Cet homme était le voisin de mes parents. Sous la pression, il affirme avoir aperçu un extraterrestre alors qu’il faisait nuit ! On remue de vieux souvenirs fantasmés : les siens, visiblement altérés, les miens aussi, puisque je n’étais encore qu’un enfant ! Vous examinez l’ancien bac à sable d’un gosse comme s’il portait déjà à l’époque les germes d’une affaire d’Etat, vous rendez-vous compte ? Je jouais aux playmos, nom d’un chien ! Vous comprenez ? Aux play-mo-bi-les !

-Dehors, à cette saison, à cette heure tardive ?

-Et alors ?! Mon père était lui-même un fou de playmobiles et de schtroumpfs, si vous voulez tout savoir. Il m’a légué sa passion d’enfance. D’en-fan-ce, vous pouvez entendre ce mot ? Quel rapport avec la gestion du pays, pouvez-vous me le dire ?

-M. Smith appuie ses propos sur des clichés pris par sa femme ce soir-là…

-… qu’ils révèlent près de trente ans plus tard ! Ben voyons !

-Mais vous appuyez votre défense sur la seule fiabilité de ce témoignage. Ceci parce qu’ils sont « séniles » comme vous nous l’avez si bien rappelé ?

-De grâce, ne jouons pas avec les mots. A travers eux, c’est une machination politique pour me mettre en cause ! Non, et je vous le répète, je n’ai pas cherché à dissimuler l’existence de je ne sais quelle espèce extraterrestre. Ceci est la pire des fadaises que j’ai entendues dans toute ma carrière politique !

-Monsieur le président, avouez tout de même que la photo est troublante. Vous avez-vous-mêmes reconnus l’authenticité des jouets en présence, que l’on aperçoit sur le cliché…

-Simple photomontage. Et un jeu d’enfant en l’occurrence. N’importe quel implant de logiciel actuel permet de faire ce genre de choses en deux secondes.

-Et le dossier médical, photomontage aussi ?

-Le dossier médical, parlons-en. Vous évoquez les radios qui ont été faites à l’hôpital, très bien. M. Smith a omis lui-même de dire à ma famille qu’il était l’auteur de ce coup porté sur ma tête et il ose à présent témoigner au profit de la partie adverse ! Je n’ai jamais porté plainte. Si tel est mon crime, n’en tirez aucune conclusion fallacieuse. Si j’avais su tout cela, croyez bien que j’aurais pris toute la mesure de cette affaire…

-Nous ne mettons pas en cause l’origine du coup porté, ni ses conséquences sur votre santé, là n’est pas le propos. Vous avez appris, comme nous tous, que, suite à votre prise en charge aux urgences, et étant données la nature des circonstances, des examens complémentaires ont été ordonnés. Rafraichissez-nous la mémoire : une enquête pour coups et blessures fut bien ouverte à la demande de vos parents…

-Ils ont très vite subodoré une agression en dépit de l’absence apparente de traumatisme, rétorque Nathan Le Bellec.

-Les choses auraient très bien pu en rester là. Mais admettons... Sauf que, en bons parents préoccupés par l’état de santé de leur enfant, ils ont insisté pour que des analyses complémentaires soient entreprises. Et au bout du compte, ils ont porté plainte…

-Moi-même, à leur place, j’aurais fait la même chose. Mes parents étaient totalement retournés par cette histoire et on peut les comprendre. Mon père fit même une sortie de route en suivant l’ambulance, tant il était dans un état de panique ! Par chance, il s’en tira avec quelques égratignures…

-Pour en revenir à ces fameux examens et à la pièce principale de ce dossier : il se trouve qu’ils ont révélé la présence d’un ADN inconnu, dans votre chevelure... C’est le fond du problème et vous ne pouvez le nier !

-.

Nathan Le Bellec se contorsionne sur sa chaise et s’attend au pire.

-C’est un ADN très spécial...

-Très spécial ? Oui, en effet. Permettez-moi d’appeler cela l’ADN du complot !, dit-il.

Des rires fusent.

-C’est votre interprétation, monsieur le Président. Avouez tout de même que le résultat de cet examen est troublant : cet ADN, vous l’avez lu comme nous tous dans le rapport, confirmé par dix-sept contre-expertises réalisées en quatre ans et demi depuis la réouverture de l’enquête à partir des éléments conservés d’origine, est inconnu ! La communauté scientifique a été mise sans dessus dessous dans cette affaire. On a dû remuer ciel et terre – et c’est rien de le dire - pour aboutir à ce constat : cet ADN est un croisement entre un ADN humain et un… exo-ADN ! Tous sont formels. Nous parlons bien de l’exo-ADN d’une espèce VIVANTE. Les scientifiques ont écarté de façon catégorique l’idée d’une chute de fragment de comète ou d’astéroïde sur votre crâne !

-Un extra-ADN, oui. Extra comme complètement extravagant.

De nouveaux rires éclatent dans la grande salle d’audience.

-Le fait est que cette découverte apporte quelque crédit à la photographie qui a été prise par madame Smith dont, pour le coup, on ne peut mettre la parole en doute, d’autant qu’elle ne souffre pas de sénilité - j’espère que vous en conviendrez. Par voie de conséquence, cela apporte aussi quelque crédit à la version plaignante qui demande aujourd’hui que soit faite toute la lumière sur cette affaire sans précédent.

-Cette photographie reste la seule pièce à conviction, rétorque Nathan Le Bellec devant l’assemblée de la Cour suprême européenne, dont les pouvoirs ont été élargis dans la décennie qui a suivi la crise des subprimes. L’audit du président fédéral par les juges de la Cour suprême européenne est l’une des pires humiliations de toute sa carrière. Son adversaire politique n’a jamais caché sa détermination. Il a su trouver les relais à ce qui s’apparente aujourd’hui à une véritable chasse aux sorcières.

Nathan Le Bellec fulmine :

-Je n’aurais jamais imaginé un jour que l’on puisse passer aussi vite du statut de victime à celui de coupable ! Une agression atteint toujours le but que s’est assigné son auteur. Il a toujours, quelque part, gain de cause. En l’occurrence, permettez-moi de dire que M. Smith a fait coup double !

-M. Smith a toujours affirmé ne pas avoir prémédité un tel geste, ce que semble confirmer toutes les analyses réalisées à ce jour. Il a cru voir - et en l’occurrence, les faits semblent lui donner raison – un « extraterrestre » sur le point de vous… « posséder », selon ses propres termes, et il dit « avoir cru bien faire en ciblant l’extraterrestre ». Ses multiples témoignages n’ont jamais varié d’un iota. Mais il y a eu une réaction imprévue, du mouvement, et la lumière artificielle ne permettait pas non plus d’évaluer avec précision les distances… Résultat des courses, il vous a frappé, vous, à la place de l’intrus ! Que se serait-il produit s’il n’était pas intervenu ?

-Que voulez-vous que je réponde à cela ?! Nathan Le Bellec éclate de rire. Vous voulez vraiment que je vous le dise ? Au lieu de devenir président fédéral, eh bien c’est très simple : je serais un alien.

 

De nouveaux rires éclatent, tandis que Nathan Le Bellec tire sa révérence, devant les caméras du monde entier.

Surréaliste, la scène tient en émoi les médias aux quatre coins de la planète. Elle tient aussi ceux d’un autre univers, parallèle, où il est d’usage d’ignorer l’existence de cette planète dite originelle, placée sous embargo depuis la promulgation de la grande Loi inter-universelle.

Dans cet autre univers, un procès semblable a cours.

Celui d’un extradolescent qui a enfreint la Loi.

Il a éveillé les soupçons, mais il est absent à son procès…

 

Posté par ar valafenn à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Daïk, chapitre 31/ Ran niver unan

UNAN – 1 –

 

 

L’ENFANT.
—Chante-moi la série du nombre un, jusqu’à ce que je l’apprenne aujourd’hui.

LE DRUIDE.
— Pas de série pour le nombre un : la Nécessité unique, le Trépas, père de la Douleur ; rien avant, rien de plus…

 

 

lettre typo celtique L

LA GUITARE GRETSCH SE BRISE SUR L’ÉCHINE du Bel enfant.

Haletant, Daïk roule dans l’herbe jusqu’au pied

d’un gros chêne. Le gosse est inerte. Il git

dans l’enceinte de son propre Royaume, et déjà

l’ennemi dominateur, comme gagné par

une transe irréelle, s’empresse de ramasser les fragments

déchiquetés de son arme de guerre, tandis que sa compagne

Kate approche, main sur la bouche, sans pour autant

se décider à porter secours à l’enfant du druide

sur le champ. Kate reste pétrifiée pendant

d’interminables secondes avant de poser la main

sur sa poitrine dans la pénombre. Elle soulève son poignet avec précaution.

Daïk les entend dire dans le brouillard de sa conscience :

-The child breathes ! He’s completely knocked out ! What were you thinking about !

–Can’t explain… What can we do now ???

–Stop drinking !*

Dans la position du reclus, Daïk se comprime les tempes de toutes ses forces et prie :

-Faites que le Bel enfant survive, faites que le Bel enfant survive ! Ann Drouiz, au secours ! Faites quelque chose !

Le rush est immédiat, comme si Ann Drouiz avait suivi toute la scène. Et tant pis pour la mixture de séquençages chromosomiques de jusquiame et de samolus qui bout dans son chaudron. Inquiet, il dit :

-Daïk, le collecteur des chants des Séries est formel sur ce point ! Les deux bœufs sont ceux de Hu-Gadarn, divinité des anciens Bretons ! Je crois t’en avoir déjà parlé, non ? Peu importe, il y a le feu ! La mythologie celtique nous apprend qu’ayant traîné hors des eaux du déluge au moyen de fortes chaînes un crocodile monstrueux qui avait été la cause de la submersion de l’univers, l’un des bœufs mourut de fatigue, l’autre de chagrin pour avoir perdu son compagnon. La coque qu’ils tirent après eux avec tant d’efforts est celle du crocodile. C’est tout ce que Kervarker rapporte du chant du nombre deux à ma connaissance.

-Mais c’est absurde ! Alors quoi ? L’univers a été submergé par la faute d’un crocodile, mais c’est n’importe quoi ! Les druides fumaient ou quoi ? Qui donc est ce fameux croco, Ann Drouiz ?! Est-ce que c’est lui qui nous a tous coupé les c... et bouffé la ch... ? Je ne comprends pas ! Il n’y a pas de crocodile à traîner dans ce bac à sable ! Il y a toute sorte de personnages et de babioles, il y a même des poules, des chevaux, des chars de feu en modèle réduit, mais je ne trouve pas de crocodile ! Et qui sont ces bœufs ? Et je ne vois pas de merveille derrière tout ça. Tout ce que je vois plutôt, c’est que le royaume de Bel est menacé !

-‘Peux pas t’expliquer… Que faire maintenant ???

-Arrêter de boire ! »

-Oui, le déluge a commencé. Regarde autour de toi !

Le couple entreprend de traîner le corps de l’enfant hors des douves. Il semble qu’il ait inspiré de l’eau et qu’il commence à s’étouffer. Il le sort des douves et compresse la poitrine de l’enfant pour le ranimer, le préserver d’un début de noyade.

-Les bœufs… Ce sont eux, les bœufs ! Et l’enfant de Bel… Il n’est pas un crocodile, encore moins la cause de la submersion de l’univers… ?

-Cela dépend de toi, puisque tout est lié. Peut-être qu’il est la cause de la submersion de ton univers. Tout dépendra de ce que tu comptes faire de ce que tu as découvert. Comptes-tu révéler la Loi ?

Peut-il prendre l’enseignement des druides comme une mise en garde à l’encontre des dogmatismes, des tyrannies perpétuelles ?

 

Ecoute la bravoure, méprise la lâcheté.

 

C’est tout. Rien de plus.

Daïk est un humain et un héritier. L’héritier d’une culture terrestre. Que faire de ce secret ? Convient-t-il de choisir un camp ? En univers II comme en univers IV, tous sont formels : on ne joue pas impunément avec les règles de l’espace-temps.

Daïk songe à sa famille, à ses parents, à sa cousine…

Mais il sait que décidément, non, plus rien ne sera comme avant.

Et qu’il a une place à prendre...

 

*« L'enfant respire ! Il est complètement assommé ! Mais à quoi pensais-tu !

Posté par ar valafenn à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,