Hôtel Ukrainia, extrait #1

 

 

Un bling retentit, un bling de micro-ondes.

Ascenseur.

– Où va-t-on ? demande Martin, ramené à la réalité.

– À ton avis ?

– On rentre ?

Il soupire grassement :

– Oui, c’est ça l’idée.

– Où ça ?

Ducon, le sous-sol. Direction le parking souterrain. Eh

bien, vous savez quoi ? Il est incapable de localiser leur

centre d’action sociale, aucune espèce d’idée ! Le Cas, centre

antisuicide… Seigneur, quel nom !

– Et Marika ?

– Elle essuie tes conneries.

Et elle n’est pas fière de contempler l’étendue des dégâts.

Une sorte de gaz moutarde partout. Équipée d’un masque la

rendant notoirement anonyme, elle inspecte la kitchenette,

remet les éléments en place. La trappe au plafond ? À

refermer avec la gaule dans le placard. Elle se dirige droit

vers le placard, ouvre la porte, et là… surprise ! La gaule s’appelle

Pavel ! Droit comme un i, le ténébreux la contemple,

debout, jambes croisées, une main appuyée contre le

mélaminé. Marika pousse un cri :

– Mais vous êtes malade ! Vous m’avez fait une peur bleue !

– Vous aussi, je vous signale. »

Pavel se gausse comme un gosse, sort du placard,

se plie en deux :

« Marika… excusez-moi, c’était plus fort que moi… Je

voulais tester votre réaction, je suis désolé… Ça ne fait pas

du tout partie du protocole, nous ne vous en tiendrons pas

rigueur, je vous rassure, hein. Je crois que c’était aussi drôle

qu’effrayant ! Ouffff, on n’a pas l’occasion de rigoler tous

les jours non plus, vous ne croyez pas ? »

Quel humour…

Humour revenant à se poser la question trépidante

suivante : quand Pavel avait-il rigolé la dernière fois ? Marika

soutient son regard. Le slave, saillant comme le professeur le

plus squelettique que l’espace russophone ait porté (son pire

professeur de gymnastique qui lui inculquait l’art d’oublier

qu’elle appartenait au règne des vertébrés), lui restitue un

sourire sans appel : un sourire de sale type qui s’est trompé

de cursus. Pavel n’est pas un sale type, Pavel est en souffrance.

Il apprend la torture à la mode occidentale, ce qui le change

de ses antiques caciques soviétiques. Pavel n’est plus au pays

des Soviets, il n’est plus un Tatare de la torture, Pavel est

désormais un vicieux éduqué et stylisé : le capitalisme a

son vernis, son charme ; il se plie de bonne grâce à cette

profondeur de champ aussi infinie que fertile que l’on

appelle le bon droit et qui vous donne cet air juste, cet air

noble. On lui inculque un nouvel héritage fait de liberté et de

résistance à l’oppresseur. Il ne sait pas ce qu’il doit en

penser au fond de lui. Il sent que Marika se pose les mêmes

questions. Ils sont tous les deux comme des Ukrainiens qui

basculent, transitent, se mettent à nus comme des Femen,

se divisent, subissent, mais l’Oural n’est jamais loin dans

leur coeur. Ils refusent de se dire qu’ils pourraient peut-être

se tromper de combat. Ils sont humains et c’est bien le

problème. Ils ne sont pas assez binaires. Or, la technologie est

en train de faire des Occidentaux, des esprits plus binaires

qu’ils ne veulent bien l’admettre.

Ils sont en train de creuser leur tombe avec ça.

Ils donnent raison à leurs ennemis.

La technologie déshumanise le camp du Droit.

Il est temps de se ressaisir… De rappeler qui est le patron

du monde libre. Certainement pas la technologie. Cela ne

devrait pas ! La technologie culmine quand une civilisation

bascule. Laisser la technologie prendre le pouvoir revient à

rendre les armes de l’esprit, du compromis, de l’empathie,

de la solidarité, de l’humour, aussi. Et de l’amour, surtout.

La technologie n’a pas d’âme. La technologie fait le lit du

terrorisme, pis, l’alimente. Elle est le nouveau poison

de l’humanité. Les guerres du XXe siècle auraient-elles

existé sans le saut technologique ? Tout cela n’est pas qu’une

affaire de dominos, de traités, d’attentat de Sarajevo. La

guerre moderne est rendue possible par le bond en avant des

technologies. Quand la technologie rencontre une idéologie,

pchiiiiiiit…

DO NOT CROSS.

Posté par ar valafenn à 00:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


2050 : Une révolution géopolitique se prépare

étude 2050

Selon l'étude du cabinet d'audit PwC (The world in 2050, the long view : how will the global economic order change by 2050 ?), c'est à une véritable révolution géopolitique qu'il faut s'attendre d'ici la moitié du XXIe siècle. On savait les pays émergents en ordre de marche, mais qui pensait prédire un jour l'Arabie Saoudite talonnant la France ?

A parité de pouvoir d'achat, le classement 2016 est déjà éloquant. En 2016, alors que le PIB en volume de la France fait jeu égal avec celui du Royaume-Uni autour de la 5e place mondiale, la prise en compte des différences de coût de la vie propulse, à l'envers, l'hexagone vers une inattendue 10e place !

L'Indonésie est déjà entrée dans la cour des grandes puissances et devrait devenir la 4e économie mondiale en 2050. Même l'Allemagne doit s'attendre à dévisser sérieusement. S'agissant du Royaume-Uni, des (mauvaises) surprises sont-elles à redouter ? L'étude a été réalisée avant que ne se fassent sentir les premiers effets du brexit. Quant à l'Italie, c'est à un véritable naufrage qu'il faut s'attendre (21e économie mondiale, derrière le Viet-Nam). La nécessité d'une Union européenne plus intégrée, concrète, apparaît plus que jamais en filigrane.

A noter que toutes les dernières études de prospectives se sont avérées à ce jour plus optimistes que la réalité pour ce qui est du poids relatif des économies des pays développées.

http://www.pwc.fr/fr/espace-presse/communiques-de-presse/2017/fevrier/economie-mondiale-en-2050.html

Langues régionales : tournées vers l'avenir ?

42217_2

Publiée sur le site de l'Agence Bretagne Presse, la carte de répartition des apprenants en langue régionale pourrait inciter à l'optimisme. Ces données sont toutefois à pondérer : en Bretagne par exemple, le chiffre de 34.000 élèves englobe à la fois les quelque 14-15.000 élèves en filière bilingue, les élèves, collégiens et lycéens qui suivent 1 ou 2 h d'option/semaine et les étudiants du supérieur. La relève n'est pas pour autant assurée car il y a des déperditions encore trop importantes : rupture de continuité entre le CM2 et la 6e, abandons, faiblesse du programme optionnel (qui relève de l'initiation)... A l'arrivée, on peut estimer à (grand) maximum 10.000 locuteurs le gain par cycle d'apprentissage, encore loin du rythme de diminution "naturelle" du nombre de locuteurs chaque année. 

Au-delà des progrès enregistrés, c'est aussi la motivation des apprenants qui est en première ligne. 

Posté par ar valafenn à 11:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Les bioplastiques, c'est pour demain

irdl stéphane bruzaud bioplastiques_web

Alors qu’une étude italo-britannique publiée fin avril a mis en évidence les propriétés dégradantes d’un ver sur le plastique, posant la question des applications industrielles, le programme breton et mayennais Bluecopha avance déjà depuis plusieurs années sur une autre voie, inversée : la production de plastique à partir de coproduits issus de l’agroalimentaire et de bactéries marines...

 

A lire, l'interview sur :

http://www.lejournaldesentreprises.com/regionale/Bretagne/bretagne-la-transformation-de-dechets-et-de-bacteries-marines-en-plastique-bientot-industrialisable-11-05-2017-325503.php

Et aussi...

http://journaldelenergie.com/petrole/le-chardon-la-mauvaise-herbe-qui-nous-debarrasse-du-petrole/

http://www.cell.com/current-biology/abstract/S0960-9822(17)30231-2

GET LUCKY

indicateur économique france ft

écart de croissance france allemagne ft

 

D'après le Financial Times, et en dépit des mauvais chiffres du chômage de mars, l'économie française confirme son accélération depuis le début 2017. Le mois des élections (avril), elle a affiché un indice PMI (directeurs d'achats/secteur manufacturié) supérieur à celui de l'Allemagne pour la première fois depuis des années. Des chiffres qui font dire à FT que la chance continue pour Emmanuel Macron.

Posté par ar valafenn à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Et voilà comment j'ai pris un coup de vieux...

itw jeunes Bretons

 

Est-ce une (si) bonne idée de faire un microtrottoir sur une plage bretonne avec des questions d'actu... ? 

Question :

-Comment percevez-vous le brexit, vous, la jeune génération bretonne. Pensez-vous que le risque soit transposable en France ? Et que pensez-vous du risque de sécession de l'Ecosse ?

Réponse plus ou moins collégiale :

-Comment on le perçoit ? Ben... On n'est pas dans leur tête, à nos amis anglas !

-C'est déjà assez compliqué comme ça d'être dans la mienne. Je ne me vois pas devenir sondeuse plus tard... [rires - ça commence bien]

-Fallait interroger ma grand-mère : deux fois qu'elle a été sondée et qu'elle a raconté n'importe quoi juste pour rigoler !

[Puis, le débat a passé la seconde...]

-Le risque ? L'exemple de l'Écosse ? Moi, je pense que les Bretons sont attachés à leur territoire comme aucune autre région en France. Mais le sentiment nationaliste demeure ultra minoritaire. Moi, je crois qu'un Breton vous dira qu'il se sent au moins autant Breton que Français mais se montrera très légitimiste. Il n'y a pas ici, comme en Écosse, de véritable relais politique à un sentiment nationaliste, qui reste diffus.

-Oui. Paris nous fait de l'ombre mais Paris et la Bretagne, c'est aussi une histoire commune, une longue tradition d'échanges. Je pense aux Bretons de Paris, aux cercles de dirigeants... D'ailleurs, les anciennes générations, issues de la Résistance, sont toujours restées très proches des sphères du pouvoir nationales... N'oublions pas que c'est De Gaulle qui a accédé aux demandes du Celib...

-Pas touche à nos vieux, hein. On ne peut pas leur enlever ça ! 

-On aurait pas nos quatre voies gratuites...

-Ni la fac à Brest. Je veux dire... On l'aurait eu... mais des décennies plus tard...

-... et du coup, on aurait peut-être encore des bâtiments pourris. Alors qu'elle a été complètement refaite, au bon timing pour nous... Un peu comme moi ! Ha, ha, ha.

-Sérieux ? T'as été refaite, toi ?

-Meuh non, suis 100 % naturelle !

-Ahh ouais...

-Bon, vous êtes chiants, les mecs. Soyez sérieux ! 

-Oui, soyons sérieux. On va recadrer le débat si vous voulez bien. On va parler P.I.B !!!

-Wouah, le PIB ? Là, sur la plage ?

-Oui. Le PIB de la Bretagne ne pèse aujourd'hui plus que 88 % du PIB de la moyenne européenne, c'est 7 points de moins qu'il y a dix ans alors qu'entre temps, en plus, l'Europe s'est élargie à l'Est... Pendant ce temps, l'Ile de France a maintenu son rang et la Bretagne a même perdu ces dernières années son statut de région au plus faible taux de chômage de France. Qu'en pensez-vous ?

-Ha, ha ! Excellente question ! Moi, je crois que l'intelligentia bretonne reste inféodée à l'Etat central, et qu'elle est encore dans le mythe de... comment dire... Qu'elle est persuadée d'avoir droit à son petit retour sur investissement légitimiste. Mais elle se fait balader. Grave.

-Ça ne durera qu'un temps. Cela sera moins vrai avec les jeunes générations qui comptent bien vivre et penser le développement du territoire localement. Moi, je crois aux vertus de la décentralisation en Bretagne. Je ne me réveille pas chaque matin en y pensant, je ne dis pas ça, mais bon sang... C'est super important. T'as vu cette plage ? Franchement, tu te vois la quitter pour aller t'enfermer dans une boîte à savon sous terre ?

-A Paris sous les bombes...

-Je ne dis pas ça. Tu vois, je me sens solidaire avec leurs galères. Non, ce n'est pas la bonne formule. Je ne me dis pas : "Pfff, chacun sa merde. Paris sous les bombes, non, très peu pour moi... J'ai des potes là-bas. Ça peut arriver à tout le monde, ici aussi. Y'a des dingues partout [propos collectés avant l'affaire Troadec, NDLA...]. Je veux dire, on ne se projette pas forcément en costard à Paname, tu vois. Je suis peut-être un gosse d'élitiste breton, mais tu vois, l'éducation, la culture bretonne, la langue... J'ai pas envie de jeter l'eau du bain de notre background... Pense au travail de reconquête culturelle et linguistique. C'est un truc qui te prend là. 

-Tu vois, quand tu parles des jeunes... Difficile de parler au nom de tous, mais y'en a plein qui se disent : moi, je me sens plutôt dans un état d'esprit :: "reconquête dans un gant de velours", tu vois. Reconquête culturelle, oui, mais sans donner crédit aux régionalistes.

-Il faut privilégier l'éducation, redonner les conditions de la réussite, et sans clash.

-Ouais. Enfin, moi, je pense que cette approche a ses limites et peut s'avérer un poil timide, par rapport aux Écossais ou aux Catalans.

-T'es comme ça, toi ? 

-Le Brexit questionne donc bien la jeunesse....

-Bien entendu. Cela doit nous interroger sur la place de la Bretagne dans le concert européen. Bien sûr que les exemples écossais et catalans interrogent. Cela pose question sur la volonté de prendre plus conscience, de manière moins complexée, de nos capacités, de notre potentiel.

-Moi, je pense que les Bretons ont une génération de retard sur les Écossais et même sur les Catalans.

-C'est à dire ?

-Je pense que rien ne changera tant que les générations du renouveau n'accèderont pas aux hautes fonctions, régionales ou ailleurs. Cette génération ne posera pas forcément le même regard sur Paris.

-Vous voulez dire : elle cherchera à court-circuiter Paris ?

-Court-circuiter ? Non, c'est un gros mot. Je pense que poser la question en ce sens, c'est justement faire le jeu du centralisme à la papa ! 

-...

Et voilà.

Voilà comment j'ai pris un coup de vieux. Au détour d'une question.

L'idée de dire "court-circuiter Paris" pour parler de décentralisation ne leur vient pas à l'esprit. Ils ne sont pas dans l'opposition, dans le clivage. Remballe ton centralisme, papa...

On en apprend tous les jours...

Une autre Bretagne

56carahunge03

Un autre Carnac, un autre Stonehenge.

L'Arménie. 

Zorats Karer (ArmenianԶորաց Քարեր, locally Դիք-դիք քարեր Dik-dik karer), also called KarahunjQarahunj or Carahunge and Carenish (ArmenianՔարահունջ և Քարենիշ) is a prehistoric archaeological site near the town of Sisian in the Syunik Province of Armenia. It is also often referred to in international tourist lore as the 'Armenian Stonehenge.

http://www.carahunge.com/

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/fr_4bretagne/56_menhirs.htm

 

Posté par ar valafenn à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

La France selon France Inter et Les Echos

la france selon france inter

 

La France, selon France Inter et Les Echos ? Paris qui rayonne sur la moitié nord de l'Hexagone. Les Régions, le Sud ? Exit.

Benet, la province (du nord) reçoit la parole divine depuis la capitale et se soumet.

En vis à vis, l'audit déplore le décrochage de la France. Mais tout n'est-il pas déjà dit à travers cette façon même de concevoir le rapport aux hommes et au territoire ? 

 

Posté par ar valafenn à 10:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Tamm ha tamm / Petit à petit...

 

 pyramide des âges bretonnants carhaix

file:///C:/Users/Ga%C3%ABlle&Xavier/Desktop/Ensklask-Karaez-fr.pdf

Pyramide des âges de Carhaix.

Ci-dessous : la proportion d'élèves en filière bilingue en 2005 et en 2015 :

 

taux de scolarisation en breton 2005-2015

mode d'acquisition de la langue bretonne selon les départements

lecteurs en langue bretonne

Source : Office de la langue bretonne/Ofis ar brezhoneg.

Posté par ar valafenn à 14:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Emissions de CO2, Défense : les efforts de la France ne sont pas récompensés

La France pays le plus vertueux en emissions de CO2

http://www.carbonmap.org/#Extraction

Croissance du PIB, déficits pubics, contribution nette au budget de l'UE... La finance et les effets de la mondialisation pénalisent injustement la France qui fournit un effort largement au-delà de ses retours sur investissement en Europe et au sein des organisations internationales en matière environnementale ainsi qu'en matière de Défense.

Si le débat est judicieux concernant le remplacement inévitable, à terme, de l'atome, il masque trop souvent une autre réalité : des pays opposés au nucléaire comme l'Allemagne émettent du CO2 en masse et bénéficient à moindre coût d'une protection atomique assumée par la France et les États-Unis. Très ancré y compris dans la classe politique française, le self-bashing sert, à bon compte, les intérêts de nos amis voisins mais néanmoins concurrents économiques faute d'une véritable et équitable politique européenne commune.

La France est d'ailleurs le pays plus vertueux du monde en matière d'extraction (émissions de CO2 issus de l'extraction de gaz, pétrole, dérivés...) avec le Japon et la Suède. Ces cartes anamorphosées issues du site carbonmap sont éloquentes. Ci-dessous : l'émission d'énergie fossile et la production de ciment en cumul (2013) et en tendance (variation sur la période 1990-2011). La France est en recul de près de 10 % et émet moins que ses principaux voisins. Le Bénélux à lui seul (27 millions d'habitants contre 67 en France) émet quasiment autant de CO2 que l'Hexagone.

L'Ukraine et la Roumanie sont les pays où les émissions ont le plus régressé sur la période 1990-2011, mais en raison essentiellement de la chute du communisme et de la crise économique qui en a suivi.

émissions CO2 évolution et cumul