Vacances-dété-le-top-5-des-plus-belles-photos-de-coups-de-soleil-à-la-plage-1

La lauréate 2013 du concours photo du Plus beau coup de soleil est-elle Bretonne ?

 

Avec 497 nouveaux cas annuels de mélanome estimés en Bretagne en 2005, dont 58% chez les femmes et 107 décès en moyenne annuelle sur la période 2005-2007, dont 49% chez les femmes, la Bretagne apparaît comme la région la plus touchée de France avec les plus forts taux d’incidence et de mortalité. En Bretagne comme en France, l’incidence du mélanome a fortement augmenté jusqu’en 2000 puis s’est ralentie à partir de 2005. 

Parallèlement, au niveau de la mortalité, la tendance est également à l’augmentation mais celle-ci est plus irrégulière. Cependant, en incidence comme en mortalité, les taux bretons sont systématiquement supérieurs aux taux français et ceci quel que soit le sexe. Facteurs mis en cause : phototype physique et ensoleillement (frange côtière sud autour des 2 000 heures d'ensoleillement par an*), d'autant que la nébulosité et le vent, qui rafraîchit les températures ressenties, peuvent parfois faire illusion et peu filtrer en réalité les rayonnements UV.

A noter que les femmes sont beaucoup plus exposées. Au Royaume-Uni, le cancer par mélanome est même devenu le premier cancer chez les jeunes femmes.

Dans le monde, les régions les plus exposées par le cancer du mélanome sont les régions équatoriales. A l'inverse, en Europe et d'une manière générale en occident, c'est dans les régions les plus septentrionales que l'on observe les incidences les plus élevées. 

Dans les pays occidentaux, le mélanome voit son incidence doubler tous les dix ans depuis 50 ans. Actuellement, il touche 7 personnes sur 100 000 ce qui correspond à 10 % des cancers de la peau et à 1 % de l’ensemble des cancers.

 

* A noter que le nombre d'heures d'ensoleillement cet été 2013 a été en Bretagne l'un des plus élevés de ces 60 dernières années. 

 mélanomes en bretagne