extinction breton

 

Il faut remonter à 2001 pour retrouver une augmentation comparable des effectifs scolaires en enseignement breton (Diwan en immersion totale, Div Yezh et Dihun à parité horaire français-breton). La rentrée scolaire 2012 a vu environ 800 enfants de plus inscrits dans l'une des trois filières en Bretagne. En proportion, cela représente une hausse de près de 6% après une croissance des effectifs de 4,5% en 2011 et de 3% en 2010. Tout confondu, ce sont 14 709 élèves, de la maternelle à la terminale (14 762 avec Paris) qui sont inscrits cette année, selon les chiffres de l'Office de la langue bretonne. 

Cette remontée de la progression fait suite à plusieurs années de net ralentissement des effectifs en breton, ce qui n'avait pas été sans susciter des inquiétudes quant à l'avenir des filières et alors même que la survie de la langue demeure toujours très incertaine. Sur les dix dernières années, près de 100 000 locuteurs se sont éteints. Ils seraient à peine 200 000 (voire moins de 170 000) aujourd'hui d'après les estimations effectuées en 2007 (sondage TMO) et le travail d'affinement et d'extrapolation réalisé par Fañch Broudic. Le tableau ci-dessous rappelant la proportion d'élèves apprenant le breton à l'école dans chaque département douche également quelque peu le vent d'optimisme de cette rentrée 2012.

Point encourageant toutefois, l'Office de la langue bretonne note que « le pourcentage des jeunes parlant breton est deux fois plus important chez les 15-19 ans que chez les 20-35 ans ». Le nombre d'adultes apprenant progresse également, même s'il est très difficile de l'évaluer : environ 4000 adultes suivent des cours, mais combien s'initient par eux-mêmes ? Les réseaux sociaux sont à ce titre évocateurs : on retrouve des locuteurs en breton aux quatre coins du monde. L'apprenant du Val d'Aoste est-il compté dans les estimations "officielles" ? Distingue-t-on niveau de compréhension et d'expression écrite et orale : il peut exister d'importantes différences entre les deux. 

Dans le détail d'ouverture de nouvelles filières en enseignement en breton : 

Enseignement public (Div Yezh) : ouvertures à Callac (22), Brest-Kerargaouyat, Saint-Thégonnec, Pluguffan, Moëlan-sur-Mer (29), Pluneret et Langonnet (56). 

Enseignement catholique (Dihun) : ouvertures à Locmaria-Plouzané, Concarneau (29), Auray (56) et Châteaubourg (35). 

Enseignement associatif (Diwan) : ouvertures à Pornic, Nantes (44) et Landivisiau (29).

Div Yezh poursuit cette année sur une bonne lancée et distance les deux autres filières. Après plusieurs années difficiles, Diwan a renoué avec une politique plus expansive. Dihun devrait à son tour accentuer les ouvertures voire créer de nouveaux pôles après plusieurs années de consolidation des pôles actuels.

 

ebreizh effectifs breton rentrée 2012

 

Sources : Office de la langue bretonnelangue-bretonne.com