La réunification de la Bretagne est morte ? Vive la réunification !

bretagne+arrondissement de saint nazaire en bretagne

Logique contre logique.

Souvenons-nous de la partition de la Bretagne. Réalisée sur un coin de table par un haut fonctionnaire avec ses crayons de couleurs...

Ces mêmes pouvoirs publics n'ont de cesse de balayer du revers de la main tous les arguments en faveur d'une réunification de la Bretagne, pourtant souhaitée par plus des deux tiers des habitants de la Loire-Atlantique. Une pétition, actuellement en cours, a d'ores et déjà collecté plus de 75 000 signatures auprès des électeurs du département. Las : il en faudrait 100 000 pour obtenir la tenue d'un référendum local et le président du Conseil départemental, qui a reçu l'association apolitique Bretagne Réunie ces derniers jours, semble s'être pris à rêver que le compte n'y sera jamais !!!

 

L'un des arguments qui revient en boucle, dans la bouche et la gestuelle de nos représentants opposés, est d'évoquer le sort de Nantes et celui des autres départements des pays de la Loire... C'est ainsi : la Bretagne lésée doit avoir davantage d'égards pour ses voisins.

Mais soit.

Au jeu du redécoupage et des scrupules administratifs, il existe une solution qui ne ferait du tort ni aux élus nantais, ni aux élus ligériens : le rattachement de l'arrondissement de Saint-Nazaire à la Bretagne.

Ainsi la région des pays de la Loire serait sauve.

Et les deux capitales de région Nantes et Rennes seraient elles-aussi sauves.

Voici donc une proposition de sortie de crise qui préserverait les intérêts vitaux de nos voisins et qui, à défaut de renouer avec Nantes et son passé breton, permettrait de renouer avec un territoire historiquement bretonnant, dont la toponymie parle d'elle-même. Un territoire qui va du Croisic à Guenrouet, de Guémené-Penfao à Pornic, de Piriac à Saint-Gildas-des-Bois. Cela serait également l'occasion de rattacher les communes ligériennes du pays de Redon, à cheval sur deux régions administratives et trois départements.

Le résultat garantirait un minimum de cohérence géographique, historique, économique, culturelle et linguistique à la Bretagne. Sans maltraiter les fameux voisins ligériens.

Cela serait l'occasion de repenser le découpage départemental actuel avec plusieurs options :

1. La suppression des départements bretons et leur intégration à la Région Bretagne.

2. L'intégration de l'arrondissement de Saint-Nazaire au Morbihan.

3. La création d'un nouveau département spécifique.

Rappelons que l'arrondissement de Saint-Nazaire compte environ 320 000 habitants (340 000 si on y adjoint les communes du pays de Redon).

L'intégration de l'arrondissement à la Bretagne ferait porter la population de cette dernière à 3,640 millions d'habitants. Les pays de la Loire passeraient de 3,720 à environ 3,400 millions d'habitants.

Dans le cas d'un rattachement au département du Morbihan, celui-ci totaliserait une population de l'ordre de 1,080 million d'habitants, ce qui serait comparable à l'Ille et Vilaine et à peine plus que la population du Finistère.

 


Amis blogueurs et lecteurs du 44, je vous invite à en faire autant !

 

Je fais passer le message, fort bien écrit, et in extenso, de l'association apolitique Bretagne Réunie qui fait signer une pétition actuellement auprès des habitants inscrits sur les listes électorales en Loire-Atlantique : l'objectif ? Collecter 100 000 signatures pour le droit d'option (référendum local sur la réunification de la Loire-Atlantique à la Bretagne - plus d'infos sur le site de Bretagne Réunie). Faites passer !

super-man-600x1234

 

Le plein, s'il vous plait.

On n'entend plus cette phrase depuis que les pompes automatiques ont remplacé les pompistes.
On aurait pu l'entendre ce week-end auprès des collecteurs de signatures pour le droit d'option.

Le plein ce sont les 78 signatures surprises à  Sucé, les 210 prises par 3 initiatives du Comité de La Mée, les 400 comptabilisées à La Baule et enfin le bouquet des 643 signatures collectées par l'équipe de Pornic. Un chiffre digne du livre Guiness.

Ce sont aussi la remontée des 330 signatures prises précédemment par Marie Thérèse à la Fête de la mer, belle pêche !

et pourtant:

Dimanche à Sucé l'équipe se déplace pour un boîtage sur 600 boites aux lettres.  Joel, superman de la signature,  repère  la  boulangerie en face de l'église... vif comme l'éclair il ouvre son paquet de mille feuilles à signer. ..et 60 clients signent  en à peine 1.30h ! Pas de tire au flan, tout se règle à la baguette. Le chiffre va croissant.

A La Baule: très difficile de prendre les signatures !!!! plus d'une personne sur 2 avaient déjà signé.

 Ce sont au total 1671 signatures (à valider) qui ont rempli les feuilles et incrémenteront le compteur.

Le plein quand même s'il vous plait.

Cette constatation indique bien que nous avons besoin de nous ouvrir vers de nouvelles ressources hors du traditionnel mouvement breton.  Tout simplement vers la Bretagne de tous les jours. Nous recevons d'ailleurs maintenant presque tous les jours d'agréables  reproches:  "vous n'êtes pas venus dans ma commune !"  et beaucoup de sud-Loire se réveillent.

Heureusement  septembre sera le mois de la pétition.

A nous de faire le plein.

 

Bretagne Réunie
3 rue Harouys
B.P 49032
44090 NANTES CEDEX 1

contact(at)bretagnereunie.bzh
+33 (0)6 82 67 19 46

              

 

 

 

Posté par ar valafenn à 08:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La réunification des deux Bretagnes...

La réunification de la Bretagne a-t-elle une chance d'aboutir ? En dépit des ouvertures offertes par la loi NOTRe, qui rend possible la tenue d'un référendum (une pétition est en cous en ce sens et recueille 66 000 signatures d'électeurs de la Loire-Atlantique à ce jour - il en faudrait 100 000) et du soutien des 4 000 élus locaux qui ont signé la charte de la réunification, c'est fort peu vraisemblable.

L'obstacle majeur ne vient plus du pouvoir central, mais de Nantes. Les sphères dirigeantes nantaises voient d'un bon oeil le statu-quo actuel : Nantes gagne sur tous les tableaux : elle jouit du rayonnement culturel et de la notoriété touristique de la Bretagne... tout en bénéficiant des retombées du pouvoir politique et économique en tant que capitale des pays de la Loire.

Bretagne Réunie, l'association qui fédère les tenants de la réunification, l'a bien compris. Elle recherche aujourd'hui des soutiens autour de Nantes et dans les départements ligériens voisins. C'est que Nantes phagocite quasi tout en Pays de la Loire. La croissance économique et démographique est aujourd'hui le fait quasi-exclusif des métropoles en France, et c'est ainsi que Nantes capte infrastructures et startups et crée, à l'instar de Paris il y a une trentaine-quarantaine d'années, un vaste sas de dépressurisation autour d'elle... De la même manière que Paris a siphonné le grand bassin parisien (les départements limitrophes à l'Ile de France ont tous vu leurs centres de recherche et développement s'exiler dans la capitale en l'espace d'une génération), une large frange du Maine et Loire et de la Vendée, pourtant active, risque fort de connaître le même sort. Le phénomène n'épargne pas non plus, du reste, la frange bretonne, à l'ouest (pays de Redon, sud de l'Ille et Vilaine).

C'est ainsi que Bretagne Réunie a rencontré en mai dernier les députés de plusieurs circonscriptions du Maine et Loire, de Loire-Atlantique et de Vendée. Leur point commun ? Toutes se situent à la périphérie de la région des Pays de la Loire et tentent de résister à l'ogre nantais : circonscription de Saint-Nazaire, d'Angers, de Saumur, du Sud-Vendée... Autant de territoires qui, sans approuver la réunification, ont prêté l'oreille aux propositions de Bretagne Réunie : "Au mois de mai dernier nous avions eu un entretien avec Mme Dubré-Chirat, député La République En Marche de la 6ème circonscription du Maine-et-Loire. L'élue avait proposé d’organiser en juillet, à l’Assemblée Nationale, une audition de Bretagne Réunie, explique l'association pour la réunification de la Bretagne dans un récent communiqué (...). Nous avons donc pu exposer notre projet de réunification devant Nicole Dubré-Chirat, Sandrine Josso, députée de la 7e circonscription de Loire-Atlantique, Patricia Gallerneau, députée de la 2ème circonscription de Vendée et Jean-Charles Taugourdeau, député de la 3ème circonscription du Maine-et-Loire. Parmi les thème abordés : la réunification, un projet partagé avec les départements voisins ; un nouveau départ pour les départements voisins ; la position dominante de la métropole nantaise à l’égard des départements voisins ; l’intérêt des sentiments d’appartenance ; les « marques » Vendée, Anjou, Bretagne ; l'équilibre entre les métropoles et les pays ruraux ; le droit d’option et la pétition."

Ces territoires, il est vrai, auraient beaucoup à gagner à intégrer des ensembles économiques, historiques et culturels régionaux plus cohérents, porteurs de sens.

Mais la position de Bretagne Réunie ne relève-t-elle pas pour autant de l'équilibrisme schizophrène ? Si l'agglomération nantaise vide son hinterland ligérien pourquoi en serait-il différemment s'agissant de l'hinterland breton ? Au nom d'un prétendu équilibre des forces avec Rennes, d'un côté, et l'Ouest breton de l'autre ? On peut comprendre les rétissences des Nantais qui peuvent voir dans cet équilibre des forces un affaiblissement du rayonnement de leur métropole, sans parler de la question du choix de la capitale de la future région. On peut comprendre aussi les rétissences des Bas Bretons, déjà rudement challengés par la dynamique rennaise.

On voit toutes les limites de l'exercice. A Bretagne Réunie de convaincre et de résoudre cette équation pour lever les réserves. Aux habitants de Loire-Atlantique, surtout, de prendre leur destin en main. Et dans le cas d'un tel référendum, de ne pas en minimiser l'enjeu, comme les Alsaciens ont pu le faire en boudant l'occasion qui leur a été offerte de fusionner les deux départements alsaciens. Leur incapacité à unir les forces entre Strasbourg et Colmar leur avait coûté leur région, diluée dans un Grand-Est vide de sens... Un scénario cauchemar pour les Bretons. Mais un tel scénario l'est-il pour les habitants de Loire-Atlantique qui peuvent être tentés par le statu-quo, voire par le concept mou de Grand-Ouest ?

Posté par ar valafenn à 02:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Drôles de méthodes pour une drôle d'évacuation...

 

faux_journaliste_zad_notre_dame_des_landes

 

Reçu ce jour dans ma boîte mail professionnelle...

 

Veuillez trouver de la part de [Claude C.] le communiqué de presse suivant :

C.C.i.J.P. : La Commission de la carte dénonce le port de brassard " presse " pa

Selon plusieurs témoignages de journalistes présents lors de l'évacuation de la zone dite de Notre Dame

http://www.ccijp.net

 

La Commission de la carte dénonce le port de brassard « presse » par d'autres que par des journalistes.

Selon plusieurs témoignages de journalistes présents lors de l’évacuation de la zone dite de Notre Dame des Landes, plusieurs membres des forces de l'ordre portaient sur eux un brassard identifié « presse ».

La Commission de la carte des journalistes professionnels dénonce ce fait qui porte atteinte à la profession de journaliste.

La CCIJP tient à rappeler que seuls les journalistes professionnels sont habilités à porter de tels brassards se rapportant à la carte de presse, une carte d’identité française officielle des journalistes professionnels encore plus nécessaire dans une période de sécurité renforcée avec le plan vigipirate.

 

Paris, le 12 avril 2018

Posté par ar valafenn à 18:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Station de ski en Bretagne : les hauts Bretons n'ont pas dit leur dernier mot !

 

station de ski bretonne

 

Voici le toit de la Bretagne et du massif armoricain.

Vous avez probablement entendu parler du projet Menez Are 400, mené par l'association des Skieurs bretons ? Les journaux télévisés de 13 h  en ont fait l'écho, en décembre dernier, avec des images saisissantes...

 

station de ski en bretagne menez are 400

 

Personnellement, je suis fan ! J'ai hâte que le projet sorte enfin de terre (gelée)...

 

menez are 400

 

Ne pas pouvoir skier en Bretagne, c'est LA FRUSTRATION ABSOLUE !!! d'ici à ce que le Gulf Stream nous lâche les sabots "grâce" au réchauffement climatique. 

 

menez are 400

 

Mais les skieurs bretons peuvent-ils faire des miracles ? Certes, ils ont déjà implanté une remontée mécanique à Saint-Rivoal. Trop forts. Mais quid de la neige ?

De la neige, ici, il en tombe... quelquers jours par an, au mieux. De mémoire d'internaute, à Saint-Rivoal, on peut trouver ça (merci Lud29) :

 

67805100220121344

 

J'avais en mon temps posté quelques témoignages émus, un peu plus près du littoral :

 

35485750

48421113_p

 

Mais le fond du problème, outre la neige (petit problème), c'est l'autorisation d'exploiter dans un tel site naturel. Car vous l'avez bien compris, la remontée mécanique de Saint-Rivoal est une incrustation, fort réussie, réalisée par l'association des Skieurs bretons...

Or, il y a une autre solution, bien plus sérieuse. Et je le dis bien fort : c'est du côté de la Haute Bretagne qu'il faut se tourner !

La première station de ski bretonne existe. Elle est sous nos yeux :

 

76559687

 

Suggérons de l'appeler Abbaretz 121.

Le sommet de ce terril d'étain se site en l'occurrence 5 mètres plus haut que le point culminant officiel de la Loire-Atlantique (colline de la Bretèche), Or, Abbaretz 121 a déjà ses aficionados :

 

76559671

 

Militons donc pour la création d'une remontée mécanique et l'ouverture d'au moins une piste en serpentin sur un mix à base de sel issu des marais salants ou, moins abrasif j'en conviens, de poudre d'étain...

Je vous le dis : les Hauts Bretons n'ont pas dit leur dernier mot.

Ne reste plus qu'à trouver les investisseurs !

 


21 septembre 2018

Notre Dame des Landes au radar

  A l'heure où le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes (NDDL), pourtant très ancien (années 1960) ravive la polémique, voici quelques pistes de réflexion concernant la place de la Bretagne dans le transport aérien européen avec une question double : - La Bretagne (réunifiée s'entend) a-t-elle une taille critique en Europe ? - Les aéroports bretons sont-ils actuellement bien dimensionnés au regard de la demande ?   1. La taille critique. Premier élément intéressant afin de situer la Bretagne dans l'ensemble... [Lire la suite]
03 juillet 2018

Ayé, j'ai compris ! C'est donc ça : les Bretons ne seraient pas "inclusifs"

Discussion en Bretagne sud. Pas très loin de la Loire Atlantique. Avec de la famille. Belle famille angevine, en l'occurrence. Au détour de la conversation, ils disent : " J'ai pas compris pourquoi on n'a pas fait une région Grand Ouest." Je creuse. Me rends compte qu'en fait, ils auraient bien vu Angers rallier la Bretagne, où ils ont des attaches, une maison de vacances. Ils adorent sortir en mer... Je les croyais Bretagne, je les découvre Grand-Ouest. Et je m'interroge, un peu sur le cul. Qu'est-ce qui fait que de fins... [Lire la suite]
15 septembre 2014

Week-end foireux à Locarn, Grand-ouest foireux à Nantes ?

  Deux week-ends à ne pas manquer : le 5e week-end foireux de Locarn. Au programme tout au long du week-end foireux, petit marché à partir de 16h, apéro concert gourmand à 20h (Maryzz et White Spirit), concert à 21h30 (Lucky Deaf People). Le Dimanche de 11h à 18h, marché des artisans, producteurs locaux, expo de voitures anciennes, animations enfants et musicales... Restauration sur place. Et le week-end suivant, RV le samedi 27 à Nantes à 14h place de la Petite Hollande contre... le Grand ouest foireux qui se profile en... [Lire la suite]
20 janvier 2014

Virage historique ou funeste pour la Bretagne ?

  Le temps est venu de poser sur la table tous les dossiers bretons qui ternissent et compromettent l'avenir de la région depuis des décennies. La France les laisse volontairement pourrir. Ironie de l'histoire, c'est le gouvernement qui a recueilli le plus de suffrages venant des Bretons qui risque bien... d'entériner la mort clinique de la Bretagne en ouvrant la voie à un regroupement de régions. En ligne de mire des propositions présentées par le président et des interventions dans les médias du premier ministre, la... [Lire la suite]
08 décembre 2013

A l'ouest, moins de nouveau qu'à l'est de la Bretagne

  La couverture du mouvement des Bonnets rouges donne parfois une image faussée de la Bretagne dans les médias. Celle d'une région jusqu'alors à l'abri de la crise et aujourd'hui en plein décrochage. L'image d'épinal d'une région repliée sur elle-même rejaillit. Mais elle est aussi l'expression d'une hantise réelle et toute bretonne, souvent intériorisée depuis des décennies : celle d'un âge d'or révolu. Longtemps puissante, ouverte sur le monde, la chute de l'industrie de la marine à voile (corderies, métiers à tisser, grande... [Lire la suite]