La réunification de la Bretagne est morte ? Vive la réunification !

bretagne+arrondissement de saint nazaire en bretagne

Logique contre logique.

Souvenons-nous de la partition de la Bretagne. Réalisée sur un coin de table par un haut fonctionnaire avec ses crayons de couleurs...

Ces mêmes pouvoirs publics n'ont de cesse de balayer du revers de la main tous les arguments en faveur d'une réunification de la Bretagne, pourtant souhaitée par plus des deux tiers des habitants de la Loire-Atlantique. Une pétition, actuellement en cours, a d'ores et déjà collecté plus de 75 000 signatures auprès des électeurs du département. Las : il en faudrait 100 000 pour obtenir la tenue d'un référendum local et le président du Conseil départemental, qui a reçu l'association apolitique Bretagne Réunie ces derniers jours, semble s'être pris à rêver que le compte n'y sera jamais !!!

 

L'un des arguments qui revient en boucle, dans la bouche et la gestuelle de nos représentants opposés, est d'évoquer le sort de Nantes et celui des autres départements des pays de la Loire... C'est ainsi : la Bretagne lésée doit avoir davantage d'égards pour ses voisins.

Mais soit.

Au jeu du redécoupage et des scrupules administratifs, il existe une solution qui ne ferait du tort ni aux élus nantais, ni aux élus ligériens : le rattachement de l'arrondissement de Saint-Nazaire à la Bretagne.

Ainsi la région des pays de la Loire serait sauve.

Et les deux capitales de région Nantes et Rennes seraient elles-aussi sauves.

Voici donc une proposition de sortie de crise qui préserverait les intérêts vitaux de nos voisins et qui, à défaut de renouer avec Nantes et son passé breton, permettrait de renouer avec un territoire historiquement bretonnant, dont la toponymie parle d'elle-même. Un territoire qui va du Croisic à Guenrouet, de Guémené-Penfao à Pornic, de Piriac à Saint-Gildas-des-Bois. Cela serait également l'occasion de rattacher les communes ligériennes du pays de Redon, à cheval sur deux régions administratives et trois départements.

Le résultat garantirait un minimum de cohérence géographique, historique, économique, culturelle et linguistique à la Bretagne. Sans maltraiter les fameux voisins ligériens.

Cela serait l'occasion de repenser le découpage départemental actuel avec plusieurs options :

1. La suppression des départements bretons et leur intégration à la Région Bretagne.

2. L'intégration de l'arrondissement de Saint-Nazaire au Morbihan.

3. La création d'un nouveau département spécifique.

Rappelons que l'arrondissement de Saint-Nazaire compte environ 320 000 habitants (340 000 si on y adjoint les communes du pays de Redon).

L'intégration de l'arrondissement à la Bretagne ferait porter la population de cette dernière à 3,640 millions d'habitants. Les pays de la Loire passeraient de 3,720 à environ 3,400 millions d'habitants.

Dans le cas d'un rattachement au département du Morbihan, celui-ci totaliserait une population de l'ordre de 1,080 million d'habitants, ce qui serait comparable à l'Ille et Vilaine et à peine plus que la population du Finistère.

 


08 décembre 2013

A l'ouest, moins de nouveau qu'à l'est de la Bretagne

  La couverture du mouvement des Bonnets rouges donne parfois une image faussée de la Bretagne dans les médias. Celle d'une région jusqu'alors à l'abri de la crise et aujourd'hui en plein décrochage. L'image d'épinal d'une région repliée sur elle-même rejaillit. Mais elle est aussi l'expression d'une hantise réelle et toute bretonne, souvent intériorisée depuis des décennies : celle d'un âge d'or révolu. Longtemps puissante, ouverte sur le monde, la chute de l'industrie de la marine à voile (corderies, métiers à tisser, grande... [Lire la suite]
07 juin 2008

PARADOXE BRETON

Etonnant paradoxe, à l'heure où le Clem', qui s'apprête à prendre la direction de la Belgique pour y être déconstruit, révèle une belle occasion manquée : celle de bâtir en Bretagne une puissante filière de déconstruction de navires, et pas seulement pour les gros tonnages. Avec sa flotte (30 % des navires de pêche en France et autant de navires de plaisance), la demande est pourtant là.Etonnant paradoxe, une fois de plus. Les Bretons sont peut-être les meilleurs navigateurs d'Europe. La région concentre une proportion sans égale de... [Lire la suite]