Daïk, chapitre XIII

 

-ÇA NE M’INTÉRESSE PAS DE RÉTABLIR des langues de trou-perdu

ou de Trifouillis-les-Oies. Ça ne m'intéresse pas de revenir à la France

féodale où d'une région à l'autre on ne se comprenait pas. Ceci, même après

François Ier qui avait fait un effort d'unification, unification que certains

veulent détruire ! Le but des langues, c'est d'être compris, de faciliter la communication,

que chacun se renferme dans son petit clocher, je ne trouve vraiment pas ça positif.

Je suis allé au Luxembourg, certains se plaignent que la langue française soit

si envahissante. Moi, j'ai envie de leur dire : "Qui comprend le luxembourgeois,

à part le petit Luxembourg ?"

Mais là encore, c'est soft.*

Il lui a dit ça aussi :

-Avec le français on va dans des pays comme la Belgique, la Suisse, le Québec,

l'Afrique francophone, etc ! Où va-t-il aller le Breton-bretonnant avec son breton chéri-adoré ?

Nulle part ! De toute façon, comme à part la Bretagne tout le reste c'est de la m… il

s'en fiche !*

-Oh.

-Quoi ? T’es peut-être Breton, toi ? C’est nouveau. Vendu à la cause régionaliste !

-Tu te méprends. Ce n’est pas mon propos, ni ma philosophie de vie…

-Comme je vois que tout le monde veut revenir à la France du moyen-âge,

je n'ai plus qu'à m'en aller… Je n'ai pas dit qu'apprendre le breton empêchait

d'apprendre le français, seulement il y en a qui aimeraient bien que l'on ne parle

plus français en Bretagne, à l'image de ces Bretons qui remplacent les panneaux écrits

en français par des panneaux en breton ! Même un extraterrestre n’y retrouverait pas

son chemin !

Et toc. Son père a enfoncé le clou. Sa mère l’a défendu avec mollesse, mais n’a pas osé

soutenir son fils peut-être par esprit de désolidarisation de sa belle-fille

qui l’a rallié à sa cause celto-ruralo-écologiste, qu’il se dit qu’ils pensent.

-De toute façon, à l'heure de la mondialisation, c'est une perte de temps.

Il vaut apprendre au moins le français et l'anglais. Des personnes douées peuvent

aussi apprendre l'allemand et anticiper avec le chinois, là c'est utile si elles veulent

partir en voyage ou s'expatrier. Si elles veulent aussi apprendre des langues mortes

comme le breton si ça les amuse, mais qu'elles ne viennent pas les imposer.

-Il ne s’agit pas d’imposer une culture, il s’agit de la réhabiliter parce qu’elle est

toujours menacée de disparition quoi qu’on en pense. Et que c’est dommage

de perdre un patrimoine pareil. Il ne s’agit pas de l’imposer à qui que ce soit. Mais

il est revenu à l’assaut :

-Qu'est-ce que c'est un million et demi par rapport à six milliards

d'habitants ?*

-Papa, nous sommes sept milliards sur terre, presque deux de plus que lorsque tu es né…

-Raison de plus. Qu'est-ce que ça représente aujourd’hui, la Bretagne, sur

un globe terrestre ?*

-C'est fort, tout ça. Joss pensait que les mentalités avaient évolué. Si considérer

que un million de personnes et demi à l'échelle de six milliards - en réalité 3,2 sans

la Loire-Atlantique et quatre millions et demi d'habitants avec - ne justifient pas

que l'on reconnaisse leur culture, leur langue, alors c'est la porte ouverte à toutes

les extrêmes. Que valent alors trois millions et demi d'Arméniens, trois millions

de Kurdes turcs, cinq cents mille Francophones du Val d'Aoste ou deux cent mille

Lapons, sans parler des Berbères ou des Mélanésiens ? Il y a un seuil minimum pour

avoir droit au respect de sa culture ? Et que dire des arguments très méprisants sur

les locuteurs de ces langues ? Ils sont passéistes, arriérés ? De quel droit les nier, les

empêcher de vivre leur culture ?

Koupaïa lui dit de lâcher l’affaire, de trouver une autre tribune, parce que c’est inutile. Joss

fulmine sous le regard éberlué de la petite qui mouille son boudoir avec toutes les peines

du monde sur sa chaise haute.

Chaud bouillant, il continue sur sa lancée :

-Et que dire encore de ce type de raccourcis : personne attachée à sa culture

régionale = indépendantiste considérant les autres comme de la merde ? On croit

rêver ! Il n'y a pas de lien nécessaire, systématique, entre être attaché à une

langue régionale et vouloir quitter la France. La grande majorité des parents qui

inscrivent leurs enfants dans une école bilingue ne sont pas des militants ni

des indépendantistes. Ils aspirent simplement à transmettre une culture

millénaire, qui n’est pas morte comme on veut le faire croire trop souvent ! Ils refusent

l'idée d'une sorte d’inéluctable uniformisation. Ils sont d'ailleurs très, très souvent

aussi bien attachés au français et au maintien du français face à l'uniformisation

par l'anglais. On objecte toujours des points de vue majoritaires aux minoritaires

et quand on répond que la majorité des minoritaires n’est pas anti-majoritaire on accorde

une espèce d’importance démoniaque aux minoritaires des minoritaires

comme s’ils mettaient en danger la survie des majoritaires et discréditeraient par la

même occasion la majorité des minoritaires, c’est un truc de dingue !

-Alors pourquoi imposer les panneaux bilingues ? Pourquoi taguer au frais du

contribuable les signalisations, jusque dans les gares ? La symbolique est tout de

même claire : il s’agit de biffer le français pour le remplacer. Ne me dis pas l’inverse.

Père et fils sont aux portes de la guerre pour une histoire de chapelles ou

de conviction, selon le point de vue où l’on se place (parce que le minoritaire plaide

tout le temps pour un clocher, le majoritaire pour l’intérêt général).

-Le bilinguisme ne veut pas dire remplacement du français par la langue régionale.

D'ailleurs, toutes les études ont prouvé que l'acquisition d'une langue conforte une autre.

Ils sont d'ailleurs beaucoup, dans ces écoles, à apprendre en même temps l'anglais

dès la maternelle (et à être donc trilingues).

-Alors, autant traduire les panneaux en anglais comme dans certains pays.

 

-Je déteste ce genre de conversation !, lui glisse Koupaïa en aparté, entre deux plats.

C’est complètement stérile ! Je ne me reconnais pas dans la vindicte

identitaire. Le nationalisme, le souverainisme, tout ça c’est dépassé, non ?

Moi je renonce à ce genre de débats. On est libre de faire comme on pense que c’est

bien de faire, mais essayer de convaincre ou de rallier l’autre point de vue à bâtons rompus,

ça m’use. Tu ne peux pas savoir comme ça m’use à la longue ! C’est juste

contreproductif.

Elle a probablement raison, mais Joss lui dit que son père n’avait pas à le

chercher là-dessus !

-Je ne suis pas une vitrine ambulante des langues régionales mais j’aime

la diversité et je l’applique, c’est tout. Maintenant, je n’ai aucune certitude : peut-être

est-ce déjà un combat perdu d’avance comme celui des druides en d’autres temps...

-Arrête de répondre à ses provocations. Tu ne vois pas qu’il te cherche ? Tu es

si loin de ses positions, de son mode de vie. Il a grandi à une époque tellement

différente… Il ne peut même pas comprendre cela et il faut reconnaître que les Trente

glorieuses, par définition, donnent raison à ceux qui ont connu cette ascension.

Puisqu’on n’arrête pas de leur rabâcher qu’ils ont réussi, qu’ils ont eu plus de chance

que les autres, n’est-il pas logique qu’ils nous renvoient dans nos buts à un moment

en disant : « Eh bien, c’est peut-être tout simplement parce que nous avions la bonne

approche de la vie et de la société… » Et que répondre à cela ?

Bébé s’étouffe avec son boudoir. Lui, les boudoirs, il a toujours trouvé

ça bof, mais il paraît que c’est bon pour se faire les dents.

-Eh bien, moi, je trouve des similitudes entre les Trente-glorieuses et les boudoirs.

-Tu es dans le jugement de valeur, poursuit-elle. Je ne suis pas surpris que

tu t’étripes ainsi en famille parce que vous êtes tous sortis du même moule !

-Oh ! Et donc, tu donnes raison à son discours du plus grand nombre.

-Houla, il est reparti. Je ne pensais pas avoir remis un jeton !, fait Koupaïa.

Je ne dis pas que tu as tort, mais tout est affaire d’équilibre, n’est-ce pas

l’esprit du triskel ? L’équilibre des forces... La priorité doit rester l’apprentissage

du français et de l’anglais, dans le respect et la promotion des langues

minoritaires quelles qu’elles soient, c’est tout.

-Ce dans quoi je m’inscris à cent pour cent...

-Eh bien, présente-lui les choses comme ça !

-Il me dira qu’on ne peut pas poser des panneaux de signalisation en-français-

et-en-anglais-avec-un-petit-sous-panneau-en-langues-minoritaires !

-Ben non, ou alors on appelle ça le foutoir. C’est aussi simple que ça. Crois-moi,

la seule solution consiste à faire ce que l’on peut sans répondre à ce genre de taquineries.

-Où est Nathan ?

-Dans le bac à sable, pardi. Il agrandit son village gaulois.

-Famille de fous.

-Ah ça, il tient de son père !

*

Allons bon. Aurait-il perdu les clefs de la sagesse ? Alors, Joss pense que

son Nathan de fils a peut-être raison plus que quiconque : lui qu’ils n’entendent

pour ainsi dire jamais tant il est occupé par son œuvre titanesque. Parfois, Jos

se dit qu’ils ont fait un artiste accompli ! C’est assez difficile à gérer pour les parents.

D’un côté, il ne faut pas contrarier l’artiste, de l’autre il serait bon qu’il s’inscrive

dans le monde à venir (comment concilier les deux, comment trouver la formule

magique dans un monde aussi changeant ? Professer aujourd’hui le retour à une

civilisation dématérialisée et désintéressée de l’argent revient peut-être à lui faire

le lit de la misère). A l’inverse, contrarier une vocation peut être aussi le meilleur

moyen de conduire son enfant à l’échec et à la frustration.

Et donc aussi à la misère ! Hé !

 

Oui, quelle attitude adopter en présence d’un enfant aussi absorbé par sa tâche,

aux antipodes de ce que la société réclame, à savoir des individus

socialement hyper-interconnectés jusqu’à la saturation ? Eh bien, le jeu social

est tellement poussé et puissant qu’on en vient à douter sans cesse des

bienfaits de la solitude, même lorsqu’on en revendique ses bienfaits : serais-je prêt

à souhaiter à mon enfant de vivre dans un camp retranché ? Cette question est

obsédante, parce que Nathan, lui, vit tout de même un peu dans un camp

retranché. Et parfois, Joss a la sensation désagréable que cela tient à leur

mode de vie en relative autonomie, loin du tumulte, et qu’ils ne lui rendent pas service.

Mais le fait est.

Nathan a toujours été comme il est, dévoré par sa création.

Cet enfant ne commet jamais de bêtises, ne fait de mal à quiconque, ne contrarie personne.

Il ne manifeste guère d’émotions négatives. Simplement, il bricole tout le temps,

en permanence, sans avoir nécessairement besoin des autres

pour accomplir le travail qu’il s’attribue tout seul, à la sortie de l’école ou le week-end.

Cet enfant ignore l’ennui.

Et cela ennuie beaucoup certains.

 

________________________

* Tirés de véritables commentaires lus sur le web et sur ce blog même.

 

Posté par ar valafenn à 00:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Hôtel Ukrainia, extrait #2

 

REMEMBER, REMEMBER, REMEMBER.

Martin en a du chemin à faire.

Sortir du mode ERASE.

Depuis qu’il est né.

Depuis qu’il compte vite comme personne.

Depuis que l’invraisemblable raisonnement a fait que ses

parents, par une sorte de syllogisme mal armé, l’ont emmené

veiller la mort d’une jeune âme à la vie naissante.

Il n’a même pas l’alibi d’une guerre, d’une circonstance

accablante. La scène s’est déroulée paisiblement, dans

l’intimité d’une famille normale, ni parfaite ni totalement

bancale, juste normale. Cette scène ne l’autorise à rien

d’autre qu’à lancer une sorte de compteur mental qu’il

essaye de comprendre, qu’il observe à la loupe, déformante

forcément ; il ne sait pas que penser de ce drame

(le mot lui est apparu très tardivement).

Un drame… auquel il n’aurait jamais dû assister.

Comme il se sent redevable de cette cible bleue au milieu

du front, parfois… C’est une aiguille enfoncée dans sa

conscience l’empêchant de se dire, comme un recours divin

au beau milieu du chaos du quotidien, que tout va bien, que

tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes et que

l’enfance est un sanctuaire, un âge d’or invincible, ô combien

fragile, mais invincible, et que l’enfant doit en être persuadé.

Il harcèle ses parents pour que l’on retrouve son doudou, que

l’on chérisse ses nuits à coups de chansons fleuries comme la

paix éternelle, et ainsi tout rentre dans l’ordre, tout est rangé à

sa place, comme cela devrait se produire toujours,

à la tombée de la nuit.

Une journée d’enfant doit se terminer par

une belle sonate d’amour.

La comptine est l’arme absolue du bonheur.

La sienne s’appelle un compteur.

 

*

 

Il compte, seul. Il ne connaît jamais le repos. Il ne le

connaîtra peut-être jamais. Aucun psy ne l’a sorti de ce

cauchemar. Au secours ! Il vous le dit tranquillement :

« Au-se-cours. »

Il n’a connu aucun drame majeur, pas de guerre, il n’est

le témoin d’aucun meurtre, seulement d’un drame injuste

et d’une erreur de décision. 

D’ailleurs, Martin hait les décisions,

parce qu’une décision lui apparaît comme un couperet

mortel.

Même si décider fait le lit de l’existence.,

pour lui, une décision fait un heureux et un malheureux.

Alors, ne comptez pas,

mais CONTEZ à vos enfants.

Vous en ferez des femmes belles

et des hommes beaux.

Ne laissez pas un enfant compter dans

le silence jusqu’à quatre-vingt mille. Comment arrêtera-t-il

le compteur un jour ? De quelle manière ?

Trouvera-t-il la force, la sagesse ?

79 998, 79 999, 80 000. Et puis, plop…

Stop.

Il arrête.

Pourquoi ?

Avait-il solutionné le problème ?

Arrêter ce compteur maudit n’était-ce pas décréter

que l’on est épuisé ?

J’abandonne.

Je rends les armes.

Je n’existe plus.

Je suis vaincu.

Le compteur des chiffres a vaincu la comptine.

 

*

 

 

 Couv

 

Posté par ar valafenn à 00:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Hôtel Ukrainia, extrait #1

 

 

Un bling retentit, un bling de micro-ondes.

Ascenseur.

– Où va-t-on ? demande Martin, ramené à la réalité.

– À ton avis ?

– On rentre ?

Il soupire grassement :

– Oui, c’est ça l’idée.

– Où ça ?

Ducon, le sous-sol. Direction le parking souterrain. Eh

bien, vous savez quoi ? Il est incapable de localiser leur

centre d’action sociale, aucune espèce d’idée ! Le Cas, centre

antisuicide… Seigneur, quel nom !

– Et Marika ?

– Elle essuie tes conneries.

Et elle n’est pas fière de contempler l’étendue des dégâts.

Une sorte de gaz moutarde partout. Équipée d’un masque la

rendant notoirement anonyme, elle inspecte la kitchenette,

remet les éléments en place. La trappe au plafond ? À

refermer avec la gaule dans le placard. Elle se dirige droit

vers le placard, ouvre la porte, et là… surprise ! La gaule s’appelle

Pavel ! Droit comme un i, le ténébreux la contemple,

debout, jambes croisées, une main appuyée contre le

mélaminé. Marika pousse un cri :

– Mais vous êtes malade ! Vous m’avez fait une peur bleue !

– Vous aussi, je vous signale. »

Pavel se gausse comme un gosse, sort du placard,

se plie en deux :

« Marika… excusez-moi, c’était plus fort que moi… Je

voulais tester votre réaction, je suis désolé… Ça ne fait pas

du tout partie du protocole, nous ne vous en tiendrons pas

rigueur, je vous rassure, hein. Je crois que c’était aussi drôle

qu’effrayant ! Ouffff, on n’a pas l’occasion de rigoler tous

les jours non plus, vous ne croyez pas ? »

Quel humour…

Humour revenant à se poser la question trépidante

suivante : quand Pavel avait-il rigolé la dernière fois ? Marika

soutient son regard. Le slave, saillant comme le professeur le

plus squelettique que l’espace russophone ait porté (son pire

professeur de gymnastique qui lui inculquait l’art d’oublier

qu’elle appartenait au règne des vertébrés), lui restitue un

sourire sans appel : un sourire de sale type qui s’est trompé

de cursus. Pavel n’est pas un sale type, Pavel est en souffrance.

Il apprend la torture à la mode occidentale, ce qui le change

de ses antiques caciques soviétiques. Pavel n’est plus au pays

des Soviets, il n’est plus un Tatare de la torture, Pavel est

désormais un vicieux éduqué et stylisé : le capitalisme a

son vernis, son charme ; il se plie de bonne grâce à cette

profondeur de champ aussi infinie que fertile que l’on

appelle le bon droit et qui vous donne cet air juste, cet air

noble. On lui inculque un nouvel héritage fait de liberté et de

résistance à l’oppresseur. Il ne sait pas ce qu’il doit en

penser au fond de lui. Il sent que Marika se pose les mêmes

questions. Ils sont tous les deux comme des Ukrainiens qui

basculent, transitent, se mettent à nus comme des Femen,

se divisent, subissent, mais l’Oural n’est jamais loin dans

leur coeur. Ils refusent de se dire qu’ils pourraient peut-être

se tromper de combat. Ils sont humains et c’est bien le

problème. Ils ne sont pas assez binaires. Or, la technologie est

en train de faire des Occidentaux, des esprits plus binaires

qu’ils ne veulent bien l’admettre.

Ils sont en train de creuser leur tombe avec ça.

Ils donnent raison à leurs ennemis.

La technologie déshumanise le camp du Droit.

Il est temps de se ressaisir… De rappeler qui est le patron

du monde libre. Certainement pas la technologie. Cela ne

devrait pas ! La technologie culmine quand une civilisation

bascule. Laisser la technologie prendre le pouvoir revient à

rendre les armes de l’esprit, du compromis, de l’empathie,

de la solidarité, de l’humour, aussi. Et de l’amour, surtout.

La technologie n’a pas d’âme. La technologie fait le lit du

terrorisme, pis, l’alimente. Elle est le nouveau poison

de l’humanité. Les guerres du XXe siècle auraient-elles

existé sans le saut technologique ? Tout cela n’est pas qu’une

affaire de dominos, de traités, d’attentat de Sarajevo. La

guerre moderne est rendue possible par le bond en avant des

technologies. Quand la technologie rencontre une idéologie,

pchiiiiiiit…

DO NOT CROSS.

Posté par ar valafenn à 00:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 juin 2015

Playmologique ?

  Lorsque Jef observe Nathan, il songe à sa propre enfance qui lui paraît si proche, alors qu’il y aurait un gouffre entre celle de ses parents et la sienne. Il a longtemps pensé que chaque génération avait ses propres référents, mais qu'il y aurait tout de même une rupture entre l’avant et l’après 1968. Mai 68 n’a pas seulement été une révolution culturelle et sexuelle, cela a bouleversé les rapports à l’éducation des enfants. Point peu exploré par les études sociologiques et psychanalytiques, et c’est un paradoxe, ce rapport... [Lire la suite]
Posté par ar valafenn à 11:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 février 2014

Bretagne, Skagen, île de Skeppsholmen... Itinéraires du bout du monde

   Une nouvelle à découvrir - cliquer ici La fille du Moderna Museet (nouvelle)