35 le rageul

Dans la baie du Mont-Saint-Michel, la pêche au dranet est une tradition ancrée de longue date. C'est bien simple, on en trouve dans presque chaque maison. Ces filets à crevettes fixés à deux imposantes perches en forme de Y sont ainsi devenues emblématiques de l'identité du pays de Dol. Jadis fabriqués par dizaines par une flottille d'artisans, ils ne peuvent compter aujourd'hui que sur le savoir-faire d'un seul homme, René Bazin, à Cherrueix. Dans sa chaumière familiale du Rageul, face à la Manche, il restaure depuis 22 ans les dranets, usés par des décennies de captures, qui lui sont confiés par les particuliers de toute la région. L'adresse est en effet bien connue des pêcheurs à pied qui viennent des Côtes-d'Armor ou de Basse-Normandie.

La carte postale comme monnaie locale

Son atelier, connu des pêcheurs comme un loup blanc, est également ouvert au public, invité à découvrir son travail de restauration, en toute simplicité. Ici, pas d'entrée payante. L'usage veut que les touristes rétribuent la visite en envoyant une carte postale à leur retour à la maison ! C'est en contrepartie de la restauration de sa chaumière par l'association Tiez Breiz, que René Bazin s'est engagé à perpétuer la fabrication et la restauration des dranets. " Cela fait cinq générations que la chaumière appartenait à la famille. Elle était totalement tombée en ruine. " Désireux de construire un atelier à la place, René Bazin se voit opposer une fin de non recevoir. La ruine est pourtant jugée dangereuse et le terre-neuvas à la retraite se retrouve dans l'impasse. Une solution est trouvée par le biais d'un concours national sur la restauration du petit patrimoine.

La chaumière de Rageul obtient le premier prix départemental, en 2002. René Bazin est reçu en grande pompe au Parlement de Bretagne, à Rennes.

 Un présentateur de JT monte au filet

Hélas, des déboires surviennent de nouveau : les fonds ne seront jamais versés et la sauvegarde de la demeure se trouve de nouveau menacée. " C'est grâce à un écrivain venu me rencontrer pour parler de mon passé de terre-neuvas que les choses se sont débloquées, de façon assez inattendue. Il s'est avéré qu'il en a parlé un jour à un présentateur de journal télévisé très connu, qui a trouvé une solution auprès d'une fondation. " Cette dernière a pu en partie prendre le relais. Elle a permis la restauration de l'ensemble de l'extérieur de la chaumière à l'issue de ces nombreuses péripéties. Aujourd'hui, la parenthèse est fermée et les visiteurs peuvent à la fois découvrir les dranets et partager les souvenirs de pêche du Cherrulais jusqu'aux confins de l'Atlantique Nord. Mousse à l'âge de 15 ans, il a connu les grandes campagnes de pêche à la morue qui ont décliné à la fin des années 60 avec l'arrivée des bateaux-usines. De nos jours, il reste un seul bateau à Saint-Malo. Quant aux terre-neuvas, ils sont encore quelques centaines à partager la mémoire de cette épopée, qui a connu son apogée au XIXe siècle.

i : Chaumière du Rageul, 52 rue du Rageul, Cherrueix ; office de tourisme du pays de Dol-de-Bretagne, internet : pays-de-dol.com

& : Le guide de la Bretagne insolite & relax, extrait

( : Gromi