buhez ur valafenn | breizhblog

BÊTISES FORCE 8 À 9 BEAUFORT #édit 2017



Ecrit ici il y a dix ans :

Restons zen...
Gardons à l'esprit que c'est une étape normale de son développement.
Il expérimente.
N'empêche que depuis une quinzaine de jours, c'est un vrai feu d'artifice et que je passe mon temps à l'attraper au vol en train de...

- Jouer avec le mascara de maman (ex : ce matin encore),
- Monter sur le bar pour attrapper les pots de sucre et/ou de sel (ex : ce matin encore),
- Ouvrir les placards ou le frigo pour attraper gateaux et plaquettes de beurre,
- Manger lesdites plaquettes de beurre à pleines dents,
- Eteindre la télé [uniquement quand son grand frère la regarde],
- Déballer les paires de chaussures de grands pour les essayer (ex : ce matin encore),
- Décrocher les rideaux de notre chambre,
- Jouer avec la chasse d'eau et accessoirement avec la brosse des Wc (ex : ce matin encore),
- Jouer avec les CD,
- Snifer les lingettes pour les fesses,
- Déplier les vêtements juste repassés,
- Se barbouiller de dentifrice (ex : ce matin encore),
- Se barbouiller de crayon feutre, de crayon bic ou de fluo (ex : ce matin encore),
- Dérouler les rouleaux de PQ,
- Retirer ses vêtements à tout bout de champ (ex : ce matin encore),
- Se manger deux ou trois crottes de nez (ex : ce matin encore),
- Sortir en pijama le matin sur la terrasse fraîchement arrosée par la pluie (ex : ce matin encore),
- Se lever de 2 à 8 fois de rang du lit alors que l'on vient juste de le coucher (ex : hier soir et sûrement tout à l'heure).
- Etc.

A part ça, il est adorable.

C'est juste une dépression tropicale, un tsunami, une tornade, un ouragan sur pattes.

 

Edit 2017 : la tornade est en face de moi. Elle a pris 10 ans.

Ado complexe. Mais petit génie de sa classe.

Alors, courage, vous qui me lisez.... Rien n'est perdu.


Station de ski en Bretagne : les hauts Bretons n'ont pas dit leur dernier mot !

 

station de ski bretonne

 

Voici le toit de la Bretagne et du massif armoricain.

Vous avez probablement entendu parler du projet Menez Are 400, mené par l'association des Skieurs bretons ? Les journaux télévisés de 13 h  en ont fait l'écho, en décembre dernier, avec des images saisissantes...

 

station de ski en bretagne menez are 400

 

Personnellement, je suis fan ! J'ai hâte que le projet sorte enfin de terre (gelée)...

 

menez are 400

 

Ne pas pouvoir skier en Bretagne, c'est LA FRUSTRATION ABSOLUE !!! d'ici à ce que le Gulf Stream nous lâche les sabots "grâce" au réchauffement climatique. 

 

menez are 400

 

Mais les skieurs bretons peuvent-ils faire des miracles ? Certes, ils ont déjà implanté une remontée mécanique à Saint-Rivoal. Trop forts. Mais quid de la neige ?

De la neige, ici, il en tombe... quelquers jours par an, au mieux. De mémoire d'internaute, à Saint-Rivoal, on peut trouver ça (merci Lud29) :

 

67805100220121344

 

J'avais en mon temps posté quelques témoignages émus, un peu plus près du littoral :

 

35485750

48421113_p

 

Mais le fond du problème, outre la neige (petit problème), c'est l'autorisation d'exploiter dans un tel site naturel. Car vous l'avez bien compris, la remontée mécanique de Saint-Rivoal est une incrustation, fort réussie, réalisée par l'association des Skieurs bretons...

Or, il y a une autre solution, bien plus sérieuse. Et je le dis bien fort : c'est du côté de la Haute Bretagne qu'il faut se tourner !

La première station de ski bretonne existe. Elle est sous nos yeux :

 

76559687

 

Suggérons de l'appeler Abbaretz 121.

Le sommet de ce terril d'étain se site en l'occurrence 5 mètres plus haut que le point culminant officiel de la Loire-Atlantique (colline de la Bretèche), Or, Abbaretz 121 a déjà ses aficionados :

 

76559671

 

Militons donc pour la création d'une remontée mécanique et l'ouverture d'au moins une piste en serpentin sur un mix à base de sel issu des marais salants ou, moins abrasif j'en conviens, de poudre d'étain...

Je vous le dis : les Hauts Bretons n'ont pas dit leur dernier mot.

Ne reste plus qu'à trouver les investisseurs !

 

Ur vranig a oa e kreiz ar c'hoad...

 

corbeau

86765200_o

A redécouvrir, un air traditionnel breton joliment interprété :

Ur vranig a oa e kreiz ar c'hoad,

Kanañ a rae a-hed an deiz

Kan, branig, branig, kan !

'vit plijadur vras hon diouskouarn

*

Il y avait une petite corneille dans les bois

Elle chantait toute la journée

Chante, petite corneille, oetite corneille, chante !

Pour le grand plaisir de nos oreilles

*

#4 - Ur vranig :

http://bed.ar.vuhezourien.free.fr/radio.blog/?autoplay=3

https://doriandre.wordpress.com/2012/11/

http://legueuloire.canalblog.com/archives/2013/05/20/27202059.html

 

Posté par ar valafenn à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

United kingdom of America, le reflet d'un nouveau monde

 

brexit

 Mais où sont donc passés nos amis anglais ?

Mondialisation, brexit. Et si le Brexit hard, auuqel se préparent les Britanniques (voire les Anglais, les Gallois et les Irlandais du nord s'il advenait que les Ecossais obtiennent sécession) n'était que le reflet d'une recomposition mondiale née de la mondialisation et du déverrouillage de l'information induit par l'Internet ?

Paradoxalement, la mondialisation, censée effacer les frontières nationales, pourrait bien en créer de nouvelles. Le phénomène est d'ailleurs en cours, à de nombreux niveaux. En dépit des efforts déployés par l'Union européenne, par les programmes Erasmus, par les multinationales elles-mêmes, en dépit de la promotion des langues étrangères d'une manière générale, c'est à une recomposition linguistique que l'on assiste aujourd'hui. Les frontières s'effacent à l'intérieur de blocs linguistiques.

L'Internet facilite en réalité les échanges entre bloggueurs et réseaux sociaux de même langue. Les programmes audiovisuels sont également le reflet de cette tendance. Pour exister, les artistes eux-mêmes l'ont fort bien compris et oeuvrent de plus en plus à l'international dans des pays de même langue. L'exemple peut sembler anecdotique, mais il est révélateur : l'essor des festivals du rire francophones (Marrakech, Montreux, Montréal...) illustre cette évolution vers une globalisation non plus internationale ou européenne mais vers une "globalisation francophone".

Comme si les langues demeuraient des barrières.

Comme si la facilité des échanges par le web supprimait les anciennes sans pour autant parvenir à aller au bout de sa logique. 

 

francophonie-carte

 

Le brexit, aujourd'hui, témoigne d'une forme de repli des Anglais et des Américains sur le monde anglophone lui-même. Ce n'est d'ailleurs pas une coïncidence que Trump ait, sitôt élu, déclaré sa flamme (une fois n'est pas coutume, lui qui semble détester le monde entier) au peuple britannique. Pardon, anglais.

Nous assistons bel et bien à un éclatement du projet internationaliste européen et à une recomposition en ensembles linguistiques : les Anglais et les Américains ont décidé de vider l'Atlantique et d'en reverser le contenu... dans la Manche !

L'Atlantique devient le nouveau channel. La Manche, un nouvel océan...

En parallèle, les liens entre Québécois et Français n'ont cessé de se nouer, de se rapprocher. Les Québécois (et le Canada tout entier du reste) redoutent plus que jamais l'hégémonie de leur puissant voisin du sud. Le sens de l'accord commercial entre le Canada et l'UE (Ceta) va d'ailleurs lui aussi dans ce sens.

Les liens entre la France, la Belgique et la Suisse francophone sont également de plus en plus forts avec l'Afrique du nord, Maroc en tête. Le Maroc est en passe de devenir un pays francophone à part entière. Les échanges s'intensifient. des deux côtés de la Méditerranée occidentale. Et ce rapprochement peut s'avérer source de stabilisation pour tout le monde arabo-musulman. Il démontre qu'il n'y a pas (plus) d'incompatibilité insurmontable entre les peuples francophones des deux rives.

Cette tendance semble aujourd'hui extrêmement prégnante. Elle pose quelques questions quant aux menaces qui planent sur l'Union européenne notamment. La France ne doit pas suivre le chemin anglais et délaisser pour autant le reste de l'Europe. Ses liens avec l'Allemagne sont forts, vitaux, historiques, souvenons-nous de la Neustrie. Si les différences linguistiques demeurent difficiles à surmonter, la qualité des relations est à entretenir. L'Europe de Charlemagne doit elle aussi tracer sa voie et la France s'épanouir dans ce double espace : francophone (avec ses ramifications latines en Europe du sud) et européen continental. Ce double épanouissement est fondamental pour faire de ce pays un État moderne, à l'aise dans et hors de ses frontières.

J'ajouterais que d'autres micro-espaces linguistiques prospèrent et doivent avancer de concert dans cette nouvelle voie, à leur échelle, sur le même modèle d'une double appartenance épanouie. Je pense aux peuples de langue celtique. Le web et la culture aussi facilitent les échanges entre eux. Pas un hasard si la volonté de couper les ponts avec le continent européen ne soit pas aussi vivace en Écosse ou en Irlande qu'en Angleterre (le pays de Galles faisant à ce sujet exception, de façon surprenante)...

breizhblog locuteurs langues celtiques

 

united kingdom of america

A lire aussi sur http://www.agoravox.fr/

Non les Irlandais n'en ont pas une plus grosse

 

ils n'en ont pas un si grosse que ça

Non, les Irlandais n'en ont une pas si grosse que ça. 
D'ailleurs, le gouvernement a décidé de modifier l'outil statistique qui la mesure (parce qu'on mesure tout, qu'est ce que vous croyez).
Faut dire que les derniers calculs en date étaient particulièrement généreux : + 26 % d'un trait de plume !
Ca laissait rêveur...

Du coup, les Irlandais culbutaient tout le monde en Europe, à l'exception des Luxembourgeois.
Seulement voilà. Une telle ré-évaluation s'est avérée source de mauvaises surprises, de déception, pour ne pas dire de frustration : considérant que les Irlandais en avaient une grosse, il n'y avait plus lieu de mettre en place des politiques de compensation ou de péréquation, surtout au sein de l'UE. 
Et tout cela, apprend-on, tenait à la pompe des actifs américains injectés dans nos amis irlandais !
Tout cela est bien derrière nous. Gage d'efficacité et de transparence, le nouvel indicateur reflètera mieux la réalité. Selon Reuters, un groupe d'économistes et d'universitaires présidé par le gouverneur de la Banque centrale irlandaise, Philip Lane, a lui-même conclu, dans une série de recommandations : 

"Il est d'une grande importance de fournir des évaluations fiables de la taille cumulée (...)."

Donc non, les Irlandais n'ont pas une si grosse... valeur ajoutée : ce 3 février, l'Irlande a décidé de modifier l'outil statistique qui la mesure en abandonnant le traditionnel Produit intérieur brut (PIB) pour un "Revenu national brut ajusté" (RNB).
Toujours selon cette même agence, en raison d'une fiscalité ultra accomodante, l'Irlande avait révisé son PIB de 26% après l'agumentation spectaculaire de la masse des capitaux rapatriés par les multinationales installées en Irlande. Une telle surévalation minorait artificiellement le niveau de la dette réelle du pays et faussait les performances irlandaises...


A paraître ce 2 février

mur

billet février 2017

A paraître en print sur abonnement et sur le web.

Posté par ar valafenn à 17:40 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le paradis français

saint-10

Me pensé-je comme un homme-machine pour me plier à cette quête schizophrène permanente ? Stop de toute urgence, j'ai besoin de redevenir moi-même. Je ne tiendrai jamais ce rythme jusqu'à l'expiration des 42,5 ou 43 annuités de cotisations retraite que je me dois d'aligner, main sur le cœur. Cent soixante douze trimestres à valider pour atteindre l'autodestruction totale de sa personnalité, la quête de toute une vie. L'obsession. L'idée fixe. 

Cent soixante-douze ? Ça y est ? J'y suis? Hourra ! Oui, mais... si je puis me permettre... et après ? 

Après ? Eh bien, Saint-Pierre me recevra, par une belle journée au-dessus des nuages, à la caisse de retraite, Il n'aura même pas préparé de seau à champagne et me demandera d’une voix de fonctionnaire, lassé par la répétition en chaîne :

-Alors, heureux ? 

-Eh bien, c'est à dire que...

-Cent-soixante-douze trimestres validés, c'est une belle performance, cher ami ! Bienvenue au paradis des Français ! Vous avez atteint l'objectif assigné par la société de votre pays, me dira-t-il en me tendant un canapé usé jusqu’à la corde par tant de culs fatigués ainsi qu’un sale verre d’infâme piquette. Vous avez pensé comme si vous étiez quelqu'un d'autre que vous-même pendant les cent-soixante-douze trimestres exigés, moi, je dis bravo ! Vous avez de quoi être fier de vous, parce que c'est beau, cette conscience professionnelle inoxydable, croyez-moi. 

-Oui, c'est beau comme une pièce de théâtre. Ou une vaste farce, dis-je.

Bien sûr que c'est beau la résignation (le renoncement, diront certains). C'est beau la conscience professionnelle (diront d'autres). Le tout est de ne pas se perdre de vue pendant cette fugace éternité. Et c’est bien ça le problème ! Une vocation permet de ne pas se perdre de vue cent soixante douze trimestres durant mais d'autres métiers s'empresseront de vous égarer en chemin. De cela, le législateur français n'en a cure, il se moque comme de son premier cotisé du jour où il a inventé cette idée géniale de faire courir l'être humain un nombre de trimestres imposé pour avoir le droit d'être considéré comme un coureur de fond dans le regard des autres...

Calez à cent soixante et quelques trimestres et vous aurez le sentiment d'être passé à côté de votre destin d'honnête citoyen. « Dommage ! Bien tenté, il y avait de l'idée ! » Renoncer à ses rêves, se conformer aux exigences du groupe pour échouer si près de la ligne d'arrivée, c’est con, hein ? Oui, quel dommage, vous ne pouvez pas savoir comment cela va vous gâcher la fête le restant de vos jours. Vous aurez toujours à l'esprit cette sensation désagréable d'être un retraité imparfait, un mauvais Français : MERDE, J’AI LOUPE MA RETRAITE À TAUX PLEIN ! Assertion totalement exempte à l'esprit des ressortissants d'une bonne centaine de pays au monde, mais vous verrez comme cette phrase tournera dans votre crâne hexagonal, jusqu'au tombeau...

Posté par ar valafenn à 23:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Chapelle Saint-Philibert, Morbihan

Chapelle Saint-Philibert, Bretagne, janvier 2017.

Posté par ar valafenn à 23:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Brexiter's nightmare

 

brexit+nightmare 2

 

Sorry. 

 

Posté par ar valafenn à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

L' h o m m e a u g m e n t é

 

Sensation étrange, désagréable, depuis quelques années. Quand j'écris, j'ai l'impression que cela n'a plus de sens. Que c'est devenu une gageure. 

C'est anti-économique.

J'ai l'impression que tout le monde se dit que cela ne sert à rien. Que les blogueurs sont trop nombreux pour être tous fous mais qu'il faut être fou pour être blogueur. 

En 2017, réfléchir se passe de lire et d'écrire tellement tout est devenu intuitif. On le voit bien, l'intelligence répond à un autre instinct. J'ai longtemps pensé que l'école puis la société abrutissait nos neurones. Qu'elles tuaient nos pensées en les remplaçant par des préfabriqués. Des pensées déjà mâchées.

On nous aliénait à l'idée que d'autres s'étaient eux-mêmes faits des Idées, avec un grand I. D'autres. Plus intelligents. Intelligents, voyez-vous, comme du temps où l'intelligence était... mieux avant.

En 2017, l'intelligence aurait muté, devenant intuitive. Les bêtes à concours auraient-elles donc été détrônées ? Les ânes, enfin sacrés ? 

En 2017, la philosophie n'accouche guère plus que de souris. Les philosophes aussi ont perdu leurs strophes. Parce que les strophes sont des coquilles vides, vides de substance, des carcasses encombrantes qui cadenassent les idées auxquelles on finit par ne plus vouloir penser.

Penser.

Penser comme du temps où l'on pensait penser pour toujours. Détenant la vérité pour la nuit des temps. 

Mais ça, c'était avant. C'était ce que l'on croyait avant que ces foutus ordinateurs viennent nous concurrencer, puis tout emporter.

Les ordinateurs nous ont challengés. Il nous ont fait perdre conscience que la conscience n'est pas ce que l'on pensait. Les ordinateurs nous font perdre conscience que la pensée est non seulement démodée mais qu'elle peut être copiée, collée, partagée, cédée.

Avec les ordinateurs, l'homme tombe de son piédestal et se prend même à croire que les animaux lui sont égaux. Voire supérieurs.

Paradoxe.

L'intelligence artificielle nous fait perdre conscience, comme si elle nous faisait oublier le fait que la conscience était notre chasse gardée.

Non, l'intelligence n'est plus notre panacée. Nous sommes sur un pied d'égalité avec tous les vertébrés, les crustacés... L'intuitif natif nous oblige à penser intelligence augmentée, mais n'est-ce pas pour compenser ce que nous avons volontairement abandonné ?

En 2017, c'est donc enfin la Sainte-Trinité.

L'homme, l'animal et l'intelligence artificielle, tous sur un pied d'égalité...

Comme si l'homme avait rétréci à s'augmenter...

Posté par ar valafenn à 01:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Rétro éco #56, fin 2016

multiplast2

Septembre 2016, Vannes. L'entreprise Multiplast (150 salariés) inaugure son 4e hall. Spécialisée dans le composite haut de gamme (la plupart des bateaux de course au large sort de ses ateliers), l'entreprise part à l'assaut de l'aéronautique. Elle réalise notamment une partie du SolarImpulse, premier avion entièrement solaire ayant fait le tour du monde.

cyberdéfense

Octobre 2016, Vannes. Après l'armée de Terre, l'armée de l'Air, la Marine, le Cyber constitue le quatrième bras armé de la Défense. Il rassemble 2.500 hommes et femmes - essentiellement en Bretagne - et les besoins vont crescendo. Pour faire face, l'Université de Bretagne Sud inaugure un pôle de formation en lien avec la Défense et plusieurs sociétés spécialisées comme Bluecyforce. Cinquante ingénieurs sont formés chaque année sur le site.

mille sabords

Octobre 2016, Arzon. Cliché insolite : une partie du bureau de l'association qui organise le salon nautique Mille Sabords, pendant les vacances de la Toussaint. Le premier salon nautique d'occasion d'Europe attire jusqu'à 60.000 visiteurs et génère 12 millions d'euros de retombées à chaque édition. Environ 300 bateaux y changent de main en l'espace de quatre jours seulement.

liger

hollande 1

Novembre 2016, Locminé. Deux clichés pour un même événement. Le chef d'Etat inaugure la première unité décarbonée d'Europe destinée à recycler déchets industriels et végétaux en électricité, biogaz GNV, et en engrais vert. L'économie circulaire vertueuse sous toutes ses formes va permettre aux usines agroalimentaires et au transport routier de devenir, demain, totalement non polluants.

guyader kervignac

Novembre 2016, Kervignac. Plus à l'ouest, non loin de Lorient, l'agroalimentaire pousse les murs. Guyader Gastronomie lance la construction d'une nouvelle usine pour ses plats préparés (cakes salés). Objectif : multiplier par 3 le CA de l'actuelle unité de Kervignac, arrivée à saturation. D'une manière générale, le dernier trimestre 2016 renoue avec la croissance. En Morbihan, plusieurs inaugurations et acquisitions d'envergure se sont succédé après plusieurs trimestres d'activité en dents de scie. 

Photos : X.E.

Pour en savoir plus : 

Morbihan : Actualité des entreprises et vie économique - Le Journal des entreprises

Le Journal des entreprises - Morbihan


Le Journal des entreprises : Actualité des entreprises et vie économique

Le Journal des Entreprises diffuse l'actualité économique de 22 régions auprès des dirigeants de PME: informations sociétés, témoignages de chefs d'entreprises, lettre d'information sur la vie économique régionale, dossiers sur la gestion d'entreprise. Alertes par email, personnalisation, archivage, fil info, vidéos - National

http://www.lejournaldesentreprises.com

Pour s'abonner : http://www.lejournaldesentreprises.com/acces/pack/formule.php

Escales atlantiques

salonsEscales littéraires atlantiques au programme. Deux salons ce printemps : le Printemps littéraire d'Erdeven dimanche 6 mars dans le Morbihan et Cita'livres 2016 sur l'Ile d'Oléron, présidé par Yann Queffelec, les 23 et 24 avril 2016. C'est la deuxième édition du Printemps littéraire d'Erdeven. Il accueillera une cinquantaine d'auteurs autour d'Eugène Riguidel, navigateur (vainqueur de la Transat en double en 1979, 2e de la Lorient-Bermudes-Lorient en 83) et président d'honneur.

Cita'livres, plus au sud, en est à sa cinquième édition et s'ancre dans le paysage culturel de l'Ile d'Oléron, en Charente maritime. Organisé par l'association La citadelle des livres, il profite de la réouverture très attendue d'un cadre naturel et historique exceptionnel et fréquenté : celui de la citadelle de Château d'Oléron, face à Fort Boyard. En 2015, le salon avait accueilli Josyane Savigneau, journaliste au Monde et membre du jury du prix Fémina. La prochaine édition 2017 vise un nombre d'auteurs présents plus restreint avec une organisation par genre. Elle se tiendra également au printemps dans la citadelle.

 

Posté par ar valafenn à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 janvier 2017

Revenus médians : les régions de France vs les Etats américains

    On objectera volontiers que des stats sont des stats. Et que trop de datas tue les datas. Mais tout de même. Le croisement de certaines séries statistiques, rendues possibles par le web et la mondialisation, apporte parfois de sacrés enseignements. J'avais produit, sur ce même blog en 2014, un jeu de comparaison entre le PIB des Etats amérains et celui de la Bretagne. Il permettait au passage de situer toutes les régions françaises par rapport aux principales subdivisions de pays sur la base de chiffres 2011. Les... [Lire la suite]