Pour la première fois depuis la création des filières d'enseignement en breton, en 1977, les effectifs scolarisés ne vont plus croître. Diwan connaît une croissance proche de 0 depuis déjà plusieurs années. La filière bilingue du privé Dihun devrait même connaître une érosion avec davantage de fermetures de classes que d'ouvertures. Dans le public, les effectifs devraient légèrement progresser, mais l'Education nationale envisage sérieusement la fermeture d'une dizaine de sites dans le secondaire.
Les contrats de plan convenus avec l'Etat ne sont plus respectés (et donc les sommes convenues et promises plus affectées). Le nombre d'heures diffusées dans les médias audiovisuels publics a été réduit. Des formations en faculté ont été supprimées (Nantes). Des formations pour enseignants également.
La demande des parents est pourtant toujours forte et non satisfaite. Les résultats des filières aux évaluations nationales sont excellents, y compris en français (y compris chez Diwan qui pratique l'immersion).

cimetiere_bateauLB

Alors pourquoi ce sabotage, pourquoi cette casse ?