REMEMBER, REMEMBER, REMEMBER.

Martin en a du chemin à faire.

Sortir du mode ERASE.

Depuis qu’il est né.

Depuis qu’il compte vite comme personne.

Depuis que l’invraisemblable raisonnement a fait que ses

parents, par une sorte de syllogisme mal armé, l’ont emmené

veiller la mort d’une jeune âme à la vie naissante.

Il n’a même pas l’alibi d’une guerre, d’une circonstance

accablante. La scène s’est déroulée paisiblement, dans

l’intimité d’une famille normale, ni parfaite ni totalement

bancale, juste normale. Cette scène ne l’autorise à rien

d’autre qu’à lancer une sorte de compteur mental qu’il

essaye de comprendre, qu’il observe à la loupe, déformante

forcément ; il ne sait pas que penser de ce drame

(le mot lui est apparu très tardivement).

Un drame… auquel il n’aurait jamais dû assister.

Comme il se sent redevable de cette cible bleue au milieu

du front, parfois… C’est une aiguille enfoncée dans sa

conscience l’empêchant de se dire, comme un recours divin

au beau milieu du chaos du quotidien, que tout va bien, que

tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes et que

l’enfance est un sanctuaire, un âge d’or invincible, ô combien

fragile, mais invincible, et que l’enfant doit en être persuadé.

Il harcèle ses parents pour que l’on retrouve son doudou, que

l’on chérisse ses nuits à coups de chansons fleuries comme la

paix éternelle, et ainsi tout rentre dans l’ordre, tout est rangé à

sa place, comme cela devrait se produire toujours,

à la tombée de la nuit.

Une journée d’enfant doit se terminer par

une belle sonate d’amour.

La comptine est l’arme absolue du bonheur.

La sienne s’appelle un compteur.

 

*

 

Il compte, seul. Il ne connaît jamais le repos. Il ne le

connaîtra peut-être jamais. Aucun psy ne l’a sorti de ce

cauchemar. Au secours ! Il vous le dit tranquillement :

« Au-se-cours. »

Il n’a connu aucun drame majeur, pas de guerre, il n’est

le témoin d’aucun meurtre, seulement d’un drame injuste

et d’une erreur de décision. 

D’ailleurs, Martin hait les décisions,

parce qu’une décision lui apparaît comme un couperet

mortel.

Même si décider fait le lit de l’existence.,

pour lui, une décision fait un heureux et un malheureux.

Alors, ne comptez pas,

mais CONTEZ à vos enfants.

Vous en ferez des femmes belles

et des hommes beaux.

Ne laissez pas un enfant compter dans

le silence jusqu’à quatre-vingt mille. Comment arrêtera-t-il

le compteur un jour ? De quelle manière ?

Trouvera-t-il la force, la sagesse ?

79 998, 79 999, 80 000. Et puis, plop…

Stop.

Il arrête.

Pourquoi ?

Avait-il solutionné le problème ?

Arrêter ce compteur maudit n’était-ce pas décréter

que l’on est épuisé ?

J’abandonne.

Je rends les armes.

Je n’existe plus.

Je suis vaincu.

Le compteur des chiffres a vaincu la comptine.

 

*

 

 

 Couv