Un corps sur les bras, Martin n’a d’autre choix que

d’attendre la relève pour se libérer du piège. Il a le

temps de méditer sur l’opportunité de casser la figure du

ponte du Centre anti-suicide à l’origine du stratagème, même

s’il doute qu’il soit assez stupide pour venir présenter sa bobine.

 

Pas manqué. C'est une équipe de secours qui arrive finalement : 

un clic d’arme automatique libère Martin par la grande

porte, sans qu'il n'ait pu trouver la dérobée... Martin tente d'en savoir plus :

« On vous expliquera plus tard ! »

Piètre esprit d’équipe ! Ses compagnons secouristes sonnent

aussi faux que leur serment d’Hypocras ! Équipe médicale mixte

en l’occurrence, un couple mal assorti avec beaucoup d’écart d’âge :

« Ouais. Une bombe slave avec un vieux vicelard !, songe Martin. La bave doit

lui coller à la barbe, celui-là ! Sa jeune collègue, elle, par contre,

est furieusement spumescente... »

Martin contemple ses mains, de grosses mains avec du

sang sur les doigts. Lui qui croyait avoir tout nettoyé ! Cette

séance de ménage est comme sa vie, un ménage pas assez fin

laissant les aspérités polluer tout ce qu’il entreprend.

 « Ils vous instrumentalisent, vous aussi ? Attention, c’est un traquenard ! »,

lance-t-il à la jeune femme, profitant d’un face à face éphémère

tandis que le vieux se tourne vers le corps inanimé.

Pfff... Ils vous instrumentalisent vous aussi… Bravo Martin,

superbe entrée en matière !

Il regrette déjà ses propos. Il aurait mieux fait de clamer :

« Enchanté, chère collègue, ravi de faire votre connaissance ! ».

Mais non. La fille a droit à un plan séduction digne des pires

années du monde...

 

Fut un temps, on récitait de la poésie amoureuse sur un

champ de mine. À quoi s’adonnaient les Poilus transis, dans les

tranchées ? À écrire des lettres d’amour et des poèmes. Mais

aujourd’hui, la violence crasse est partout et nulle part. Les

esprits chagrins n’ont guère plus de raison de mourir mais ils

critiquent, mangent avec les doigts, se masturbent derrière leurs

écrans qui en voient des vertes et des pas mûres, s’abrutissent,

zonent, errent, glandent, procrastinent, tartinent, dévorent,

avalent, se blindent, boursicotent, tuent le temps, gobent

les mouches, plient les cheveux en quatre, achètent à prix

coûtant, twittent, facebouquinent, compilent, et quand

il leur reste encore un peu de temps, avalent des livres de

psychologie pour leur expliquer comment lâcher prise…

Lâcher prise ? aaaarrrrrgggghhh ! Vous voyez ce que je veux

dire ? Un bon compteur à zéro et les lettres d’amour pleuvront

à nouveau comme des madeleines sur des ruines peuplées

d’écrans gras et cariés, de cadavres numériques qui ont englouti

comme des trous noirs la moelle de millions de vie pendant une

génération entière, et pendant ce temps, des types

s’embringuent en Syrie pour apprendre à mourir parce

qu’ils ont tellement perdu leur humanité qu’ils ne voient plus

comment la reconquérir sinon par la confrontation au néant

comme source d’inspiration du bonheur…

 

Ah, le bonheur... Transformé en camp retranché masochiste !

Et le pire, avec un peu de chance, c’est qu'il

maudit cette société,  il la maudit alors qu'il n'a rien

fait pour la changer de l’intérieur, parce que ça commence

toujours comme ça. Par l’intérieur. Il a pris la première

tangente et il va même croire revivre ce que ses ancêtres ont

vécu, comme s'il avait kiffé leurs récits glauques des deux guerres.

Eh bien, au Cas, c’était visiblement pareil. Ils ont dû kiffer

l’Afghanistan, la Tchétchénie, tous les bourbiers de la terre

qui n’étaient pas chasse gardée américaine,  pour le coup.

Au Cas, il n’y avait pas d’Américains, pas que Martin

sache, en revanche, il y avait beaucoup d’Ukrainiens, ce qui

en soit l’avait rassuré sur les motivations démocratiques

du réseau. Il semblait bien que le commanditaire privé n’avait

pas de connexions avec les mouvements prorusses ou

islamistes. Il avait accepté le job, bien rétribué, mais sans n’avoir jamais

reçu la preuve formelle qu’aucun lien ne les unissait à des mouvances

anti-occidentales... Du reste, comme n’importe quel salarié du

privé qui bosse pour une multinationale car ces employeurs

ne délivrent jamais de certificat de bonne conduite

ou de moralité. 

C’est toujours à vous de montrer patte blanche.